Brève Au Cour du Lait Décembre 2006

Effet de différentes méthodes de nettoyage des trayons avant la traite sur la présence de spores butyriques dans le lait.

De nombreuses études se sont intéressées à l'effet de différentes techniques de nettoyage du trayon sur la présence de spores dans le lait. Toutefois, peu de données sont disponibles sur la comparaison de l'efficacité de ces différentes techniques. Quel serait le protocole optimal pour limiter le nombre de spores dans le lait ?

 

La présence de spores butyriques dans le lait est problématique pour l'industrie laitière, car ces agents résistent à la pasteurisation. La présence de ces spores (comme Bacillus cereus) représente non seulement une limite pour la durée de vie de produits non pasteurisés mais également un danger en regard de la consommation humaine. De plus, la présence en quantité anormalement excessive de spores de l'espèce des Clostridies (comme Clostridium tyrobutyricum par exemple) entraîne de nombreuses contraintes technologiques pour l'industrie fromagère. La source majeure de contaminations du trayon par Bacillus cereus est représentée par le sol. Les vaches se contaminent donc préférentiellement en saison de pâture. Les clostridies sont quant à elle retrouvées principalement dans l'ensilage. Les trayons des vaches se contaminent donc principalement par les fèces via le fumier (ou la litière) contaminé(e).

L'objectif de cette étude était donc double :
(i) Comparer l'efficacité de différentes techniques de préparation et de nettoyage de trayons artificiellement contaminés avec des spores de Clostridium tyrobutyricum
(ii) Evaluer l'efficacité de la technique considérée comme la meilleure (au vu du premier objectif) selon le type de spores présentes sur le trayon, le type de matrice contaminante et le degré de contamination.

Pour répondre à ces deux objectifs, trois expérimentations ont été menées (tableaux 1, 2 et 3)
Pour ce faire, les trayons de 7 à 8 vaches (selon les expérimentations) laitières frisonnes (produisant entre 17 et 35 kg de lait quotidiennement) ont été utilisés.
Les trois expériences ont été pratiquées selon un design en carré latin, c'est-à-dire que chaque vache a subi toutes les procédures différentes possibles.
Les trayons ont été contaminés avec les deux types de spores (seules ou en association et à des degrés divers). Les mixtures contaminantes (réalisées à partir de fumier, de prélèvement de sol ou de sciure) étaient reconstituées au dernier moment et les trayons (et pas la mamelle entière) étaient littéralement trempés avec cette mixture durant un temps suffisant pour assurer une contamination réaliste du trayon.
Après contamination du trayon, les vaches ne pouvaient pas se coucher dans la litière pendant 30 minutes.
La spore de Bacillus cereus utilisée était une souche A205 isolée de sciure. La spore de Clostridium tyrobutyricum utilisée était une souche SMR 226 isolée d'un échantillon de lait cru contaminé.
Les conditions de traite étaient celles de conditions d'élevages rigoureuses (nettoyage de la machine à traire, hygiène de traite en général). Par contre, les trayeurs (tous expérimentés) se lavaient soigneusement les mains entre chaque vache.
Des échantillons de lait étaient prélevés lors de chaque traite. Afin de juger d'une éventuelle sur-contamination par les matières fécales lors du séjour en quai d'attente ou de l'eau utilisée durant la traite, des recherches de spores butyriques ont été pratiquées régulièrement dans l'eau du circuit de traite et dans le fumier. La présence des deux spores étudiées a été recherchée à l'aide de méthodes classiques et exprimée en log spores / mL lait / échantillon collecté.
Un modèle statistique linéaire multi-varié a été utilisé pour évaluer l'efficacité des différentes méthodes employées pour limiter le nombre de spores retrouvées dans les échantillons.

Les principaux résultats (présentées en détail dans les tableaux 1, 2 et 3) sont les suivants :
. Nettoyer les trayons à l'aide d'une lavette humide est à privilégier par rapport à une lavette papier sèche.
. L'utilisation d'une solution savonneuse ou antiseptique pour humidifier la lavette avant essuyage donne de meilleurs résultats pour réduire le nombre de spores butyriques dans le lait.
. Une durée plus longue de nettoyage et/ou l'utilisation de deux lavettes (plutôt qu'une seule) donne les résultats les plus satisfaisants.
. Une durée de préparation de 20 secondes semble être un compromis idéal entre hygiène et pré-stimulation de la mamelle.
. Le trempage de trayons dans une solution donne de meilleurs résultats que l'application d'un spray (surface d'application du produit optimale).
. La nature de la contamination (fumier, sol, sciure) de même que le degré de contamination du trayon n'ont aucune influence sur l'efficacité des méthodes de nettoyage utilisées.
. Cependant, même la méthode retrouvée comme la plus efficace ne permet pas d'éliminer en totalité les spores présentes.

En conséquence, en plus du nettoyage des trayons, une attention particulière doit être portée sur la qualité de l'ensilage afin de maintenir un environnement le plus sain possible. L'hygiène du trayon ne peut donc suffire à elle seule. Il s'agit d'une mesure prioritaire dans un plan de maîtrise plus global.

Tableau 1. Principe et résultats de l’expérimentation visant à comparer l’efficacité de différents types de lavettes sur la réduction du nombre de spores butyriques dans le lait (trayon contaminé avec une mixture contenant 155000 Cl. tyrobutyricum / gramme)

Code

Méthode et type de lavette utilisée

Moyenne log spores / traite

%de réduction du nombre de spores par rapport au contrôle

1A

Contrôle: aucun nettoyage, pas de prétrempage

5.00 a

-

1B

Lavette papier sèche a durant 10 secondes

4.74 b

45

1C

Lavette papier sèche b durant 10 secondes

4.70 b

50

1D

Lavette papier humide c durant 10 secondes

4.70 b

50

1E

Lavette papier humide d durant 10 secondes

4.42 c

74

1F

Lavette humide lavable en coton durant 10 secondes

4.41 c

74

1G

Lavette humide lavable synthétique, 10 secondes

4.42 c

74

a,b,c : les valeurs avec des indices non identiques diffèrent au seuil de 5% (p<0,05)

Tableau 2. Principe et résultats de l’expérimentation visant à comparer l’efficacité de différentes méthodes de nettoyage des trayons (type de lavge et temps d’application) sur la réduction du nombre de spores butyriques dans le lait (trayon contaminé avec une mixture contenant 260000 Cl. tyrobutyricum / gramme)

Code

Méthode et type de lavette utilisée

Moyenne log spores / traite

%de réduction du nombre de spores par rapport au contrôle

2A

Contrôle: aucun nettoyage, pas de prétrempage

5.33 a

-

2B

Diffusion d’un spray savonneux sur le trayon, et après 30 secondes, essuyage à l’aide d’une lavette papier sèche b

4.52 b

85

2C

Trempage des trayons durant 30 secondes dans une mousse antiseptique et essuyage à l’aide d’une lavette papier sèche b

4.26 c

91

2D

Lavette papier d humidifiée à l’aide d’un mélange (éthanol-sulfonate d’alkyl-benzène)

4.47 b

86

2E

Deux lavettes papier d humidifiées à l’aide d’un mélange (éthanol-sulfonate d’alkyl-benzène)

4.30 c

91

2F

Lavette fibre synthétique trempée dans l’eau et essorée puis lavette papier sèche b

3.94 d

96

2G

Lavette fibre synthétique trempée dans une eau savonneuse et essorée puis lavette papier sèche b

3.93 d

96

a,b,c : les valeurs avec des indices non identiques diffèrent au seuil de 5% (p<0,05)

Tableau 3. Principe et résultats de l’expérimentation visant à évaluer l’efficacité d’une méthode de nettoyage (2F) des trayons sur la réduction du nombre de spores selon la matrice contaminante et le degré de contamination

Matrice

Type de spores

Moyenne log spores / traite

% de réduction du nombre de spores obtenu en nettoyant par rapport au contrôle

Control (aucun nettoyage)

Nettoyage (type 2F)

Fumier A

Cl.tyrobutyricum et B. cereus

5.01 a

3.23 b

98.3

Fumier B

Cl.tyrobutyricum

5.01 a

3.40 b

97.5

Sol

Cl.tyrobutyricum et B. cereus

5.23 a

3.48 b

98.2

Sciure

B. cereus

5.18 a

3.24 b

98.8

a,b,c : les valeurs avec des indices non identiques diffèrent au seuil de 5% (p<0,05)

 

Référence :
Maguson et coll. : Effect of different premilking manual teat-cleaning methods on bacterial spores in milk. J. Dairy Sci. 89:3866-3875