Brève Au Coeur du Lait
Novembre 2013

 

Quel est l´effet de l´apport alimentaire de cuivre dans la réponse à une infection intra-mammaire à coliforme?

L´objectif de cette étude menée aux USA é tait d´évaluer l´intérêt de l´apport alimentaire de cuivre dans la ration de génisses laitières gravides en vue d´améliorer leur réponse à l´inoculation d´un coliforme dans un de leurs quartiers sain. Pour ce faire, les auteurs de cette étude ont recruté 42 génisses gravides afin de les assigner de façon aléatoire à 3 groupes de traitement après avoir constitué des blocs de 3 animaux, tenant compte de leurs dates de vêlage attendues.

  • Contrôle: groupe recevant une ration de base, contenant 7,1 mg/kg de cuivre par kg de matière sèche (MS)

  • Groupe supplémenté en sulfate de cuivre (CS): groupe recevant la ration de base supplémentée en cuivre (10mg/kg MS) sous forme de sulfate de cuivre (inorganique)

  • Groupe supplémenté en protéinate de cuivre (CP): groupe recevant la ration de base supplémentée en cuivre (10mg/kg MS) sous forme de protéinate de cuivre (organique)

Ces régimes étaient distribués dès 60 jours prepartum et jusqu´à 49 jours postpartum. Le statut des animaux vis-à-vis de leur teneur en cuivre était suivi durant l´étude. Entre 25 et 50 jours de lactation (moyenne 32 jours), les animaux ont été soumis à un challenge consistant en l´infusion d´une souche d´E.coli (souche 727) dans un quartier sain (bactériologie négative et CCS<55 000 cell/mL) de chaque primipare, et ce 5 heures après la traite du matin (soit 6 heures avant celle du soir). Pour déterminer les teneurs en cuivre, des biopsies hépatiques ont été pratiquées 60 et 21 jours prepartum, 3, 21 et 49 jours postpartum. Des échantillons de sang ont aussi été prélevés afin de mesurer certaines activités enzymatiques ainsi que pour effectuer une numération de formule sanguine. Suite au challenge expérimental, les paramètres suivis étaient le score clinique de la mamelle (notation de 1 à 5), la température rectale de l´animal, la concentration en cellules somatiques (CCS) et la production laitière.

Au final, il ressort que:

  • Les génisses présentaient une carence marginale (concentration en cuivre hépatique de 60mg/kg) au début de l´expérimentation (60 jours prepartum) mais aucune différence significative n´existait entre les 3 groupes.

  • Seules les données de 28 génisses sur les 42 ont pu être utilisées (14 exclusions pour diverses maladies). A 21 jours prepartum, la teneur hépatique en cuivre des animaux complémentés était supérieure au groupe ôle avec respectivement 174.5 mg/kg pour le groupe CS, 172.8 mg/kg pour le groupe CP et 64,7 mg/kg pour le groupe contrôle.

  • Les comptages bactériens dans les échantillons post-inoculation ont été identiques entre les 3 groupes à 6 heures, mais significativement plus faibles pour le groupe CP à 24 heures et 72 heures post-inoculation. Une élimination plus rapide de l´infection ou une limitation de la croissance bactérienne ont été obtenues dans le groupe CP.

  • Aucune différence concernant les CCS n´a été observée (multiplication par 20 des CCS initiaux 12 heures post-challenge et décroissance graduelle après 36 heures).

  • Chaque quartier inoculé a développé une mammite suite au challenge, avec une expression des signes cliniques maximale pour les 3 groupes à 24 heures post-challenge. Cependant, les réponses ont été très modérément influencées par la complémentation en cuivre, avec des résultats légèrement meilleurs en termes de score clinique pour le groupe supplémenté en CP Les scores cliniques des groupes complémentés (CS et CP) ont été plus modérés à 12 heures post-challenge (1 et 1,2 respectivement) par rapport au groupe contrôle (2). A 6 jours post-challenge, le score du groupe CP (1.3) a été plus faible que celui du groupe CS (1,9) et celui du groupe contrôle (2.6). Les pics de température rectale ont montré une élévation d´environ 2°C par rapport à la température avant challenge, sans différence significative entre les animaux des 3 groupes.

  • L´activité de la céruloplasmine (protéine de transport du cuivre dans le sang, d'origine hépatique) n´a pas été modifiée entre les groupes.

  • Concernant la production laitière, seule une différence a été notée à 3 et 4 jours post-challenge. Les animaux des groupes CP et contrôle produisaient alors davantage que le groupe complémenté en CS (103,5 vs 99.1 et 89% de leur production avant challenge, respectivement).

 

Au final, il ressort de cette étude une tendance très légère à une amélioration de l´état général des animaux soumis à une induction expérimentale d´une mammite à coliforme lorsqu´ils bénéficiaient d´une supplémentation en cuivre de 10mg/kg MS, apportée sous forme de protéinate. La supplémentation en sulfate de cuivre ne s´est en revanche pas traduite par des résultats différents de ceux du groupe contrôle.

 

Référence :
Scaletti R.W., Harmon R.J.
Résumé Article "Effect of dietary copper source on response to coliform mastitis in dairy cows" -Journal of Dairy Science, 2012, (95): 654-662.