Brève Au Coeur du Lait
Septembre 2013

 

Quelle est l’influence de fortes concentrations en cellules somatiques durant la première lactation sur les concentrations de cellules somatiques en seconde lactation ?

L’objectif de cette étude menée au Royaume-Uni était d’évaluer si les trajectoires cellulaires des vaches en première lactation, et notamment des concentrations en cellules somatiques élevées, prédisposaient les vaches à présenter des concentrations cellulaires élevées durant leur seconde lactation, afin le cas échéant d’identifier des critères de réforme précoce des vaches infectées.

Pour ce faire, les auteurs de cette étude ont collecté en 2008 les données de concentration en cellules somatiques (CCS) de 12 troupeaux (moyenne de 174 vaches, entre 58 et 281, production 305 jours moyenne de 7719 kg, de 4882 à 9283 kg) pour des vaches nées entre 2000 et 2004.

Au sein de ces troupeaux, les vaches séjournaient en stabulation l’hiver et avaient accès au moins partiellement au pâturage au printemps-été. Quasi toutes les vaches étaient de race Prim’Holstein. Au final, les données de CCS de 1912 vaches disponibles pour leurs première et seconde lactations sur au moins 3 contrôles ont été utilisées.

Les auteurs ont analysé la probabilité pour une vache de présenter durant sa seconde lactation 3 contrôles (successifs ou non) de CCS supérieurs à 200 000 cell/mL lorsque cette même vache avait eu durant sa première lactation au moins 3 contrôles (consécutifs ou non) supérieurs à 200 000 cell/mL. Ils ont également déterminé la probabilité pour une vache d’être réformée avant son second vêlage au regard de son profil en CCS durant sa première lactation.

Au final, il ressort que:

  • Parmi les 1912 vaches de l’étude, 1582 (83%) étaient toujours présentes pour leur deuxième vêlage. On note cependant une grande variabilité inter-troupeau (de 9,8 à 28,8% de réforme des primipares). Le risque pour une vache ayant 3 contrôles consécutifs > 200 000 d’être réformée avant son deuxième vêlage était augmenté (OR : 1,77 [1,26-2,49].
  • Sur les 21603 comptages disponibles en première lactation 14,3% étaient > 200 000 cell/mL
  • Sur les 16277 comptages disponibles en seconde lactation 17,1% étaient > 200 000 cell/mL
  • Sur les 1912 vaches de l’étude, 45% n’ont jamais présenté de CCS élevées durant leur première lactation, 22% ont présenté une seule élévation > 200 000, 11% à deux occasions et 21% à 3 occasions ou plus.
  • Sur les 1582 vaches en seconde lactation, 42% n’ont jamais présenté de CCS élevées durant leur première lactation, 21% ont présenté une seule élévation > 200 000, 12% à deux occasions et 25% à 3 occasions ou plus.
  • Les vaches avec 3 contrôles non consécutifs > 200 000 cell/mL durant leur première lactation avaient un risque augmenté de présenter en seconde lactation 3 contrôles > 200 000 cell/mL, non consécutifs (OR 3,11 [1,72-5,62]) ou consécutifs (OR : 2,0 [1,09-3,68]).
  • Les vaches avec 3 contrôles consécutifs > 200 000 cell/mL durant leur première lactation avaient un risque augmenté de présenter en seconde lactation 3 contrôles > 200 000 cell/mL, non consécutifs (OR 1,90 [1,13-3,19]) ou consécutifs (OR : 4,14 [2,81-6,08]).
 

Au final, il ressort de cette étude que les vaches ayant présenté des CCS > 200 000 cell/mL sur au moins 3 contrôles en première lactation sont plus à risque de présenter des CCS > 200 000 cell/mL durant leur seconde lactation. Néanmoins, dans des situations de prévalence faible, la valeur prédictive de mesures répétées au-dessus de 200 000 cell/mL n’est pas suffisante pour s’en servir comme critère de réforme précoce sans risquer de réformer des animaux qui en fait ne présenteront pas d’élévations de cellules en seconde lactation. Ces résultats confortent l’importance de contrôler les infections intra-mammaires dès la première lactation.

 

Référence :
H.J. Williams, P.J. Cripps, D.H. Grove-White
The association between high somatic cell counts in the first lactation and somatic cell counts in the second lactation - The Veterinary Journal, 2012, (191) : 183-187