Brève Au Cur du Lait Avril 2007

Un modèle économique pour calculer les pertes spécifiques en élevage dues aux troubles respiratoires des génisses

Cette étude néerlandaise rapporte une estimation des pertes engendrées par lapparition de troubles respiratoires sur des génisses laitières de remplacement. Létude sintéresse à deux situations : les pneumonies du veau et un épisode saisonnier de pathologie respiratoire.
Pour un élevage néerlandais typique, des troubles de type pneumonie affectant des génisses de moins de 3 mois ont un impact estimé de 31.2 par génisse présente et par an. Pour un épisode de troubles respiratoires saisonniers affectant les génisses de moins de 15 mois, limpact est estimé à 27 par génisse présente et par an. Les composantes majeures de limpact économique ont été identifiées comme étant les coûts de traitement et surtout leffet négatif des troubles respiratoires sur la croissance des génisses
.

 

Lobjectif de cette étude était destimer limpact économique de troubles respiratoires affectant les génisses de remplacement. Les études sintéressant à limpact économique des maladies sont rares et complexes à mettre en uvre.

Le principe retenu ici a été de construire un modèle de prédiction de limpact économique incluant pertes (c'est-à-dire le manque à gagner, par exemple retard de croissance, réforme prématurée) et coûts (cest à dire les dépenses directes, par exemple coût de traitement, travail supplémentaire). Lestimation économique a été pratiquée selon la méthode du budget partiel, c'est-à-dire en comparant les produits et les charges en plus et en moins selon la situation : avec ou sans troubles respiratoires. Pour simplifier, une situation sanitaire défavorable (troubles respiratoires) peut engendrer des charges en plus (coût de traitement) mais également des charges en moins (diminution de lachat de poudre de lait du fait de la mortalité de veaux). Cela peut engendrer une diminution des produits (production laitière diminuée en première lactation), mais également une augmentation des produits (vente danimaux en réforme anticipée). Ces diminutions ou augmentations sont comparées par rapport à une situation sans troubles respiratoires. Ici, les secteurs étudiés ont été :

  • Les traitements et le travail supplémentaire pour les éleveurs
  • Laugmentation de la mortalité et la réforme anticipée des génisses
  • Le retard de croissance et la diminution de la fertilité
  • La réduction de la production lactée en première lactation.

Leffet des troubles respiratoires sur ces composantes a été estimé à laide des différentes études disponibles dans la bibliographie.

Deux situations ont été envisagées : des pneumonies enzootiques chez les génisses de moins de 3 mois ainsi quun épisode saisonnier affectant les génisses de <15 mois. Pour chacun des cas, 60% des génisses étaient affectées (25% sévèrement, 25% de façon moyenne et 10% de façon chronique). Pour chaque situation, 3 scénari ont été envisagés : une issue très favorable, une issue  moyenne ou médiane  et une issue catastrophique.
Les résultats sont présentés dans les tableaux 1 et 2. Les résultats en négatif correspondent à des produits en plus. Les résultats en positif à des charges en plus ou à un manque à gagner. Pour voir le graphe des résultats.

Tableau 1. Impact de pneumonies enzootiques sur les génisses laitières < 3 mois (troupeau hollandais moyen)


Type de coûts et pertes (en )

Scénario

Bon

Médian

Mauvais

Traitements et travail supplémentaire

437.9

584.9

682.4

Mortalité et réforme

5.0

118.0

508.6

Croissance et fertilité

-1.5

-421.8

-1888.4

Vente/achat de génisses

29.9

523.6

2215.1

Production laitière

43.9

69.6

83.2

Total

 

 

 

Par an

515.1

874.2

1600.9

Par génisse

18.4

31.2

57.1

Tableau 2. Impact dun épisode respiratoire saisonnier sur les génisses laitières <15 mois (troupeau hollandais moyen)


Type de coûts et pertes (en )

Scénario

Bon

Médian

Mauvais

Traitements et travail supplémentaire

340.4

401.6

448.6

Mortalité et réforme

7.8

166.4

535.9

Croissance et fertilité

186.5

-236.3

-1314.3

Vente/achat de génisses

312.0

995.8

2469.2

Production laitière

33.5

53.7

67.0

Total

 

 

 

Par an

880.2

1381.2

2206.5

Par génisse

17.2

27.0

43.1

Le gain affiché en croissance et fertilité correspond à lachat de génisses pour remplacer les génisses mortes ou réformées. Ces génisses étant achetées, leur coût délevage est quasi nul ce qui correspond pour léleveur à des charges en moins. Cependant, lorsquon réintègre le coût dachat de génisses pour remplacer les morts et non-valeurs, léleveur est, en toute logique, déficitaire.

Les traitements représentent la majeure partie de limpact dans les cas où lissue est favorable et limpact économique le plus faible.

Lorsque la situation se dégrade, leffet zootechnique des troubles est responsable de la majeure partie de limpact : ce sont les pertes, et non plus les coûts, qui pénalisent alors léleveur, et ce dautant plus quil a un fort taux de renouvellement.

Selon lépisode considéré (pneumonie sur veaux ou épisode saisonnier), limpact économique est chiffré aux environs de 30 par génisse/an dans une issue moyenne.

Les résultats sont très influencés par le nombre de vaches laitières présentes (donc de veaux potentiellement affectés) ainsi que par le taux de renouvellent moyen du troupeau (qui a une grande influence sur les charges et produits en terme délevage des génisses).

Prévenir au mieux et au plus vite lapparition de troubles respiratoires ou lextension des cas une fois le premier cas apparu est de nature à limiter fortement limpact (et une issue défavorable où les effets zootechniques des troubles sont les plus importants en plus dêtre plus ou moins irréversibles).

Référence :

Van der Fels-Klerx et al.: An economic model to calculate farm-specific losses due to respiratory disease in dairy heifers. Preventive Veterinary Medicine (2001) 51 : 75-94.