Brève Au Cour du Lait Mars 2007

Etude de l'association entre taux cellulaires de tank et statut BVD sur 7252 exploitations laitières bretonnes.

L'augmentation des taux cellulaires de tank consécutive à une circulation récente de BVDV au sein d'un élevage laitier a déjà été décrite dans de précédentes études. Il semble en effet que l'effet immunosuppresseur du virus en augmentant la susceptibilité des vaches laitières aux infections mammaires en soit responsable. Cependant ces études par leurs courtes durées d'observation ne permettent pas d'avoir une idée des conséquences à plus long terme d'une circulation virale sur les taux cellulaires. Le suivi de 7252 exploitations bretonnes adhérant au contrôle laitier a permis d'une part de définir l'importance de cet effet en fonction du statut BVD des cheptels, mais également pour un statut donné d'en évaluer les conséquences à plus long terme.

 

Cette étude s'est déroulée en deux étapes distinctes. Dans un premier temps, les 14653 exploitations bretonnes adhérant au contrôle laitier au 31 décembre 2001 ont été suivies. Ceci a permis de recueillir les données concernant leur production laitière, leurs taux cellulaires de tank ainsi que les taux d'anticorps anti-BVD mesurés par test ELISA de blocage selon une périodicité de 4 mois.

Ainsi, sur la base de deux mesures de taux d'anticorps consécutives exprimées en pourcentage d'inhibition standardisé (SPI), ces exploitations ont été classées en cinq groupes différents selon la proportion de vaches séropositives estimées :

  • Proportion de vaches séropositives constamment très basse (TB) (quatre SPI < -1.25) correspondant aux troupeaux n'ayant pas connu de passage viral depuis longtemps.
  • Proportion de vaches séropositives constamment basse (B) (quatre SPI < -0.55) correspondant aux troupeaux n'ayant pas connu de passage viral récent.
  • Proportion de vaches séropositives constamment élevée (E) (c'est-à-dire quatre SPI > +0.55) correspondant aux troupeaux ayant connu un passage viral par le passé, mais qui s'en sont récemment débarrassés.
  • Proportion de vaches séropositives constamment très élevée (TE) (c'est-à-dire quatre SPI > +1.25) correspondant aux troupeaux ayant connu des passages viraux réguliers par le passé.
  • Augmentation récente de la proportion de vache séropositives (AR) (c'est-à-dire 1ère et 2ème SPI < -0.55, 3ème > +0.1 et 4ème > +0.55) correspondant aux troupeaux récemment infectés.

Toutes les autres situations n'ayant pas été prises en compte, le recrutement final compte un total de 7252 exploitations (Cf. Tableau 1).

TB

7.92 %

B

37.60 %

E

49.75 %

TE

3.39 %

AR

1.34 %

Tableau 1 : Répartition des différents statuts BVD parmi les exploitations retenues.

A l'issue de cette période d'attribution des statuts, ces exploitations ont été suivies pour ces mêmes paramètres durant une année.

L'utilisation d'un modèle mixte linéaire a ainsi permis de mettre en évidence une association significative entre statut BVD et taux cellulaire de tank. Sur la période de recrutement, l'augmentation des taux cellulaires est de respectivement 12000 (p<0.001), 27000 (p<0.001) et 6000 (NS) pour les groupes E, TE et AR par comparaison au groupe B pris pour témoin. Par ailleurs un effet prolongé (d'au moins un an) d'un passage viral sur les taux cellulaires a été mis en évidence dans les groupes E et TE. Un effet identique semble exister pour le groupe AR, mais sa faible taille ne permet pas de conclure à une différence significative.

Ces résultats confirment donc qu'un passage viral de BVD provoque une augmentation des taux cellulaires somatiques au niveau du troupeau. Cette augmentation bien que de faible amplitude (de l'ordre de 10 000 à 40 000 cellules/mL) persiste longtemps même après arrêt de la circulation virale et peut par conséquent avoir un impact économique non négligeable notamment pour des exploitations dont les comptages oscillent régulièrement autour du seuil de pénalités (250000 cellules/mL).

Référence :

BEAUDEAU et coll. : Bulk milk somatic cell counts and bovine viral diarrhoea virus (BVDV) infection in 7252 dairy herds in Brittany (western France). Preventive Veterinary Medicine. 2005 (72), 163-167.