Brève Au Cour du Lait Septembre 2007

L'émergence de Klebsiella comme agent pathogène majeur responsable d'infections intra-mammaires.

Cette communication, réalisée lors du congrès annuel du  National Mastitis Council  qui s'est déroulé à San Antonio (USA) en janvier fait le point sur le rôle des Klebsiella dans les infections intra-mammaires. Ces pathogènes, connus depuis longtemps, sont de plus en plus fréquemment isolés de quartiers atteints de mammites (du moins dans des études nord-américaines). La priorité en termes de prévention passe par l'hygiène de la litière, l'optimisation de la résistance de l'hôte et l'amélioration de la récupération des bovins cliniquement atteints.

 

Généralités
- Parmi le genre Klebsiella, les deux espèces les plus fréquemment isolées lors de mammites sont K. pneumoniae et K. oxytoca
- Certaines Klebsielles sont pathogènes pour l'homme, et certaines souches sont multi-résistantes : les souches incriminées n'ont pour le moment pas été retrouvées chez les bovins
- Klebsiella est un organisme coliforme (entérobactérie) mais se distingue d'E. coli par de nombreux aspects :

  • Les pertes économiques (diminution de production) sont plus sévères avec Klebsiella
  • Les signes cliniques sont bien plus marqués (et le pronostic réservé) avec Klebsiella
  • Le parenchyme mammaire est beaucoup plus affecté et inflammé avec les Klebsiella
  • Un taux de guérison chez les vaches qui survivent de l'ordre de 35% contre 70% pour E. coli

- Impact sur la production laitière de 6kg/jour pour une primipare en moyenne et 10kg/jour pour une multipare
- K. pneumoniae peut croître malgré la présence de lactoferrine, notamment lors de la période sèche. Ainsi, une infection contractée pendant le tarissement peut engendrer une mammite lors de la lactation suivante
- les mammites à Klebsiella s'observent plutôt dans les troupeaux avec de faibles taux en cellules somatiques dans le lait de tank (CCS tank) : < 150 000 c/mL : cela concerne donc des élevages bien tenus par ailleurs
- durant la dernière décennie, l'université de Cornell rapporte une augmentation de la prévalence de troupeaux infectés par Klebsiella de 5% en 1992 à 25% en 2004 et une prévalence des vaches infectées de 2% en 1992 à près de 8% en 2004
- Aucun antibiotique n'a actuellement l'indication Klebsiella (Nota : voir NDLR ci-dessous avec les CMI de la cefquinome pour Klebsiella)
- Lors de traitement, il faut privilégier la voie systémique afin de lutter contre la septicémie
- La principale source de contamination est constituée par la litière, et on peut retrouver des Klebsielles dans la sciure et la paille
- Les bovins sont très fréquemment porteurs excréteurs (sains) de Klebsiella, avec un pic en été
- Compte tenu de la fréquence et de l'intermittence du portage, la réforme des excréteurs est inenvisageable (cycle oro-fécal quasi permanent)
- La transmission entre bovins reste encore en suspens : chaque vache s'infecte-t-elle avec sa propre souche, certaines souches sont-elles plus capables que d'autres de provoquer des mammites : aucune réponse tranchée n'est disponible à ce jour.
- La prévention passe par une hygiène rigoureuse, une gestion de la litière (préférer de la litière inorganique), la vérification du taux de coliformes de l'eau de boisson. Le développement de stratégies vaccinales est à l'étude aux USA.
- La réforme des animaux incurables est une priorité
- Des résistances aux tétracyclines sont rapportées dans 20% des cas, et dans moins de 20% des cas avec des céphalosporines.

Référence :

ZADOKS et al. : The emergence of Klebsiella as a major mastitis organism. National Mastitis Council Annual Meeting Proceeding. 2007, 100-111

 

NDLR 1 :

Référence : GRIERS et al. :Antimicrobial susceptibility of different pathogens isolated from clinical mastitis in French dairy cows. XXII World Buiatrics Congress. 2002, poster 426-718


NDLR2 : Distribution des CMI (en %) de 85 souches de bactéries coliformes* isolées de mammites en Hollande en 2005

* 27.3% Enterobacter spp., 59% Klebsiella spp., 9.4% Citrobacter spp. et 9.4% Serratia spp.

mic

Référence : MARAN 2005

NDLR3 :

klebs

Référence : BIDAUD et al. : Etiologie des mammites bovines en France entre 2005 et 2007. Journée Bovine Nantaise. 2007, poster