Brève Au Coeur du Lait
Octobre 2012

 

Quel est l´effet d´une augmentation des apports en protéines et en énergie dans un lactoremplaceur sur la carrière ultérieure des génisses ?

Des travaux précédents menés par cette équipe américaine avaient démontré une augmentation du parenchyme mammaire avant sevrage de génisses recevant un lacto-remplaceur à hauts niveaux énergétique et protéique (des génisses avec une croissance de 670 g/j entre 2 et 8 semaines d´âge avaient une croissance ultérieure plus élevée et la plupart 2 fois plus d´ADN parenchymal mammaire que des génisses avec une croissance à 380 g/j sur cette même période). Peu d´études existant sur un effet à long terme d´un programme alimentaire « lacto-remplaceur intensif » sur la croissance, l´âge au vêlage et la production laitière, les auteurs de cet essai mené aux USA ont voulu évaluer l´impact d´un surcroit d´apport énergétique et protéique dans un lacto-remplaceur distribué durant les 6 premières semaines de vie sur la carrière des génisses laitières et plus particulièrement :

  • leur croissance (mesurée mensuellement)
  • leur âge à la puberté
  • leur âge au premier vêlage
  • leur production laitière en première lactation

Les auteurs ont souhaité également mener une analyse économique afin de déterminer quel système (alimentation classique vs intensifiée) serait le plus rentable pour l´éleveur.

Pour ce faire 80 génisses d´une ferme expérimentale ont été allotées dans deux groupes :

  • un premier où l´alimentation de 2 jours à 42 jours d´âge consistait à distribuer un lacto-remplaceur classique (21,5% de protéines, 21,5% lipides) à 1,2% du poids vif en équivalent de matière sèche ainsi qu´un granulé démarrage (20% protéines) pour obtenir un GMQ de 450g/jour.
  • un deuxième où l´alimentation de 2 jours à 42 jours d´âge reposait sur la distribution d´un lacto-remplaceur contenant plus de protéines (30,6%), à 2,1% du poids vif en équivalent de matière sèche ainsi qu´un granulé démarrage (24,3% protéines) afin d´obtenir un GMQ de 680g/jour.

Ensuite les animaux étaient conduits de façon identique.

Les principaux résultats sont indiqués dans le tableau ci-après.

Indicateur

Alimentation lactée conventionnelle

Alimentation lactée « intensive »

Nombre de jours > 39,4°C dans les 2 premières semaines

1,18

1,25

Score consistance fécale    (1 : ferme, 5 : aqueuse) durant les 2 1ères semaines de vie (µ)

3,01

3,21

Matière sèche ingérée Lait (kg) (*)

0,6

1,03

Matière sèche ingérée granulés (kg)

0,39

0,20

Poids J1 (kg)

43,6

44,6

Poids J42 (kg) (*)

62,0

71,1

Poids J56 (kg) (*)

75,9

81,9

Largeur de hanches J7 (cm)

55,2

55,2

Largeur de hanches J42 (cm) (*)

62,3

65,0

Age puberté (jours)  (*)

301

270

Poids puberté (kg) (**)

307

287

NEC à 397 kg

3,42

3,43

Age à la première IA (jours)

438

423

Nombre d’IA par gestation

1,20

1,19

Age au vêlage (jours)

715

701

Score dystocie

2,13

2,14

Poids veau (kg)

41,6

41,1

Moyenne journalière de production laitière sur les 150 premiers jours (kg)

33,1

33,3

Production laitière attendue sur 305 jours (kg)

9778

10069

Production laitière  305 jours ajustée avec la covariable production moyenne laitière des parents (kg)

9712

10128

TP (g/kg)

31,7

31,3

TB (g/kg)

41,1

41,5

Variation de poids entre vêlage et vêlage + 150 jours (kg)

-10,6

+6,6

(*) : P < 0.01 ;(**) P = 0.01 ; (µ ) : P = 0.03

Les génisses appartenant au groupe 2 (« lacto-remplaceur à hauts niveaux énergétique et protéique) étaient plus développées et plus lourdes au sevrage. Elles atteignaient leur puberté un mois en moyenne avant les génisses de l´autre groupe, en étant alors moins lourdes. Le nombre d´IA pour obtenir une gestation étaient quasi identiques ; une avancée de l´âge au vêlage de 14 jours était notée dans le groupe2 (P = 0.09) ainsi qu´un niveau de production laitière légèrement supérieur (non significatif, mais tendance lorsque correction faite avec la covariable production moyenne laitière des parents P = 0.08). Enfin, les génisses du groupe 1 (lacto-remplaceur conventionnel) avaient tendance à perdre davantage de poids sur les 150 premiers jours de lactation (P = 0.10).

Sur le plan économique, le coût du régime avant sevrage était plus élevé avec le lacto-remplaceur à hauts niveaux énergétique et protéique mais les performances obtenues en matière de reproduction et de production laitière permettaient d´avoir au final des résultats comparables.

 

En conclusion, il ressort de cette étude qu´une alimentation plus riche en protéines et en énergie avant sevrage peut permettre d´obtenir un gain de croissance, de diminuer l´âge à la puberté et au premier vêlage sans pénaliser la production laitière de l´animal. D´un point de vue économique, les deux stratégies (alimentation classique vs intensifiée » sont similaires.

 

Référence :
Davis Rincker J.E., VendeHaar M.J., Wolf C.A., Liesman S., Chapin L.T., Weber Nielsen M.S.
Effect of intensified feeding of heifer calves on growth, pubertal age, calving age, milk yield and economics - Journal of Dairy Science, 2011, (94) : 3554-3567.