Brève Au Coeur du Lait Octobre 2010

L’augmentation en cellules somatiques du lait est corrélée à la perte d’état corporel post-partum chez la vache haute productrice

Le bilan énergétique négatif, encore plus prononcé chez les vaches laitières hautes productrices peut affecter les performances de reproduction, et la fertilité notamment.
L’objectif de cette étude menée en Israël était d’évaluer le lien durant les 5 premiers mois de la lactation entre l’évolution de la note d’état corporel et le GMQ d’une part et les performances de reproduction d’autre part de vaches laitières hautes productrices.

 

Pour ce faire, les données de plus de 2000 vaches issues de 7 troupeaux avec enregistrements quotidiens du poids ont été analysées. Les performances de reproduction ont été évaluées sur plusieurs paramètres : % de réussite en première IA, Intervalle vêlage première insémination (IvI1) et Intervalle vêlage insémination fécondante (IvIf) Les auteurs ont intégré aussi dans cette approche la durée des cycles (existence de cycles de type 7 jours ou 21 jours, ces derniers étant probablement en lien (ou le reflet) de l’activité ovarienne de la vache).
Il en ressort principalement que :

  1. Les vaches en première et deuxième lactation avec une perte de poids relative de l’ordre de 12 à 15% durant les 2 mois suivant le vêlage avaient un taux e réussite en première IA dégradé de l’ordre de 30%.
  2. Les vaches ne présentant aucun cycle de 7 jours avaient une chance de concevoir en première IA supérieure de 50% par rapport à celles en présentant.
  3. La présence de cycles de 7 jours était associée à une baisse de la fertilité uniquement chez les primipares.
  4. Entre 40 et 60 jours de lactation, chaque point supplémentaire de note d’état corporel améliorait le taux de conception en première IA de plus de 50%.
  5. Au final, l’analyse multi-variée rapporte les plus mauvaises performances de reproduction pour les vaches avec une note d’état corporel inférieure à 2,5 entre 40 et 60 j de lactation et qui perdaient plus de 7% de leur poids dans les 10 jours suivant le vêlage.
Au final, il ressort que la perte de poids  relative est bien plus associée aux performances de reproduction que la perte absolue. Aussi, dans les élevages où ces informations seraient disponibles quotidiennement (notamment avec le développement des outils de monitoring), la perte relative de poids durant les 10 premiers jours de lactation, ainsi que la perte de poids relative entre le vêlage et le pic de perte de poids sont de bons prédicteurs d’une diminution des performances de reproduction. De même, une note d’état corporel basse (<2,5) entre 40 et 60 jours de lactation est prédictive de performances de reproduction dégradées.


 

Référence :
M. van Straten,N.Y. Shpigel, M. Friger : Associations among patterns in daily body weight, body condition score and reproductive performance in high producing dairy cows - Journal of Dairy Science, 2009, 92 :4375-4385.