Brève Au Cour du Lait Octobre 2007

Stratégies de prévention et facteurs de risque de survenue des fièvres de lait dans les élevages laitiers danois

 
 

Headline

This is an introduction. Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor.

Cette enquête danoise indique que la plupart des élevages laitiers danois investigués concentrent leurs efforts de prévention spécifique sur quelques points bien précis (administration de calcium per os et modulation des apports alimentaires calciques peripartum) ainsi que sur d'autres mesures non spécifiques (réduction de la production laitière et surveillance de la note d'état corporel). Peu de facteurs de risque de survenue des fièvres de lait ont pu être identifiés à l'exception du rang de lactation par ailleurs déjà bien documenté.

 

L'objectif de cette étude menée dans un échantillon de 230 troupeaux laitiers était :

  • De quantifier l'incidence des fièvres de lait (ou fièvre vitulaire)
  • De recenser les stratégies de prévention (si elles existaient) des fièvres de lait
  • D'identifier les motivations de leur mise en place
  • D'essayer d'identifier les facteurs de risque d'apparition de ces fièvres de lait.

Parmi les 230 éleveurs interrogés, 183 ont répondu à l'enquête.

Les principaux résultats de l'étude sont les suivants :

  • Parmi ces 183 élevages, 130 ont enregistré sur l'année 1998 au moins un cas de fièvre vitulaire. L'incidence des fièvres vitulaires a été estimée à environ 3%.
  • Plus de 80% des éleveurs rapportaient faire un effort pour tenter de prévenir ces troubles. Toutefois, aucun lien n'a été retrouvé entre le nombre de fièvres vitulaires dans l'élevage et la motivation de la mise en place de mesures préventives d'une manière générale, ou de certaines mesures spécifiques en particulier.
  • Les stratégies de prévention spécifiques concernaient principalement l'administration per os de calcium ainsi que la modulation des apports phospho-calciques en peripartum. Le plus souvent, ces stratégies étaient conseillées par l'équivalent du contrôle laitier et dans une moindre mesure par le vétérinaire.
  • Aucun nouveau facteur de risque n'a pu être identifié. Le rang de lactation apparaît toujours comme un facteur de risque majeur

Ces résultats semblent indiquer une augmentation de l'incidence des fièvres de lait, qui semblent de plus avoir un impact économique plus important que par le passé. Le choix d'une stratégie plutôt qu'une autre notamment en terme d'apport minéral semble être influencé par les conseillers de l'élevage d'une part et dictés par les caractéristiques de l'élevage lui-même (nature de l'affouragement, moyens de contention à disposition) et les produits disponibles.

Référence :

Hansen et al.: Preventive strategies and risk factors for milk fever in Danish dairy herds: a questionnaire survey. Preventive Veterinary Medicine. 2007 (80), 271-28