Bréve Au Coeur du Lait
Avril 2013

 

Quel est l´impact d´un tarissement court sur l´incidence des troubles métaboliques et les performances de production et de reproduction des vaches laitières?

L´objectif de cette étude menée au Canada était de comparer la survenue de troubles métaboliques et les performances de reproduction des vaches subissant un tarissement conventionnel de 60 jours (T60) versus un tarissement court de 35 jours (T35).

Pour ce faire, 850 vaches Holstein (respectivement 414 primipares et 436 multipares) issues de 13 troupeaux commerciaux ont été réparties aléatoirement au sein des 2 groupes, en prenant soin d´équilibrer les groupes selon la parité, le niveau de production antérieure et l´intervalle vêlage-vêlage attendu.

Les vaches assignées au groupe T60 (conventionnel) recevaient une ration spéciale tarie jusque 3 semaines avant le part où elles recevaient alors une ration de préparation au vêlage afin de permettre l´adaptation de la flore ruminale au régime des vaches en lactation. Les vaches du groupe T35 (court) recevaient durant tout leur tarissement la ration de préparation au vêlage (ration spécifique à chaque élevage). Toutes les vaches recevaient un traitement antibiotique lors de leur tarissement.

Tout au long de l´étude, les troubles de santé étaient enregistrés par les éleveurs et les vétérinaires, de même que l´aspect facilité de vêlage, les troubles immédiats du part (rétention placentaire, métrites), et le stade de lactation au moment de la réforme, si réforme il y avait. Lors des visites de suivi, les vaches entre 3 et 21 jours post-partum faisaient l´objet d´un prélèvement de lait pour dosage de BHBA (absence de cétose si résultat ≤100 µmol/L, cétose subclinique modérée si résultat entre 100 et 200 et cétose sévère si résultat ≥ 200). Les données de reproduction ont également été enregistrées jusqu´à 300 jours post vêlage. Les performances ont été alors comparées entre les vaches des deux groupes en prenant en compte un effet troupeau, la parité et également l´interaction période de tarissement x parité.

Variable

Vaches en 2nde lactation

Vaches en 3ème lactation       et au-delà

P value « Tarissement »

T60

T35

T60

T35

 

Vaches

190

224

238

198

 

Durée tarissement  (j)

60.1

34.9

70.9

40.5

 

Dystocie

1.4

1.6

2.7

1.2

0.21

Cétose modérée (%)

27.1

16.4

35.5

30.0

<0.05

Cétose sévère (%)

8.8

5.5

13.8

13.3

0.22

Déplacement de caillette (%)

2.3

3.7

8.2

7.4

0.58

Fièvre de lait sévère (%)

0.4

0.3

3.5

3.05

0.93

Rétention placentaire (%)

19.0

16.5

11.2

22.4

0.09

Métrites (%)

7.3

5.1

4.5

6.0

0.89

Incidence mammites (%)

18.4

14.6

21.1

25.6

0.94

Durée de gestation (j)

279

279

280

279

0.74

Nb de jours en lactation  au moment IA1 (j)

81

81

82

82

0.98

Taux de conception IA1 (%)

39.3

36.7

36.5

34.7

0.56

IV-IF (j)

140.3

131.0

143.3

134.4

0.18

Les seules différences significatives concernaient une moindre incidence de cétoses modérées dans le groupe T35, et une fréquence plus élevée de rétentions placentaires chez les multipares à 3 lactations et plus dans le groupe T35. Les fréquences de métrites étaient identiques entre groupes in fine. Les performances de reproduction (taux de conception à l´IA1, proportion de femelles gestantes à 150 jours) étaient comparables entre les 2 types de conduite.

 

Au final, il ressort dans les conditions de cette étude (suivi réalisé non pas en ferme expérimentale mais dans des fermes “ commerciales ”) que la durée de tarissement retenue (conventionnelle de 60 jours ou raccourcie à 35 jours) n´a pas impacté notablement les performances sanitaires et de reproduction.

 

Référence :
Santschi D.E., Lefebvre D.M., Cue R.I., Girard C.L., Pellerin D.
Incidence of metabolic disorders and reproductive performance following a short (35 d) or conventional (60-d) dry period management in commercial Hostein herds - Journal of Dairy Science, 2011, (94) :3322-3330.