Brève Au Coeur du Lait Mars 2010

Mortalité des veaux laitiers et facteurs de risques pour les diarrhées et les affections respiratoires dans les troupeaux Norvégiens.

Ces trois articles publiés par la même équipe de recherche en Norvège visaient à décrire la situation en termes de mortalités et de facteurs de risques des principales affections des veaux laitiers.

 

Pour ce faire, ils ont travaillé en deux étapes :

  1. Une première étape a visé à décrire le taux de mortalité des veaux durant la première année de vie, en différenciant avortements et mort nés des mortalités plus tardives, et également à décrire les affections les plus fréquemment à l’origine de mortalité
  2. Une deuxième étape a consisté alors à étudier la prévalence des agents pathogènes impliqués ainsi que les facteurs de risque associés aux 2 affections les plus fréquemment responsables de mortalité des veaux (à savoir à l’issue de la première étape : Diarrhées néonatales et affections respiratoires)

Afin d’atteindre ces objectifs, différents dispositifs de récolte d’informations étaient emboités :

  1. Les descriptions des taux de mortalité ont été obtenus via la base de données nationale (équivalent de la BDNI) : qui recensait en 2005 près de 290 000 naissances dans près de 15 000 troupeaux
  2. L’identification des maladies les plus fréquentes ainsi que les recherches étiologiques et de facteurs de risque ont été menées au sein d’un sous-échantillon d’élevages inclus dans un programme volontaire de monitoring de la santé des veaux (plus de 5000 naissances dans 125 élevages).

Concernant les recherches étiologiques, la procédure était la suivante :
Pour les diarrhées néonatales, dans les 125 troupeaux en suivi, près de 750 fèces (diarrhéiques ou non) pour recherche d’E.Coli F7, Rotavirus, Coronavirus, Cryptosporidies, Giardia et Coccidies. De plus, près de 1400 veaux ont été testés sérologiquement pour présence d’anticorps contre rotavirus et coronavirus. Pour les maladies respiratoires, les mêmes 1400 veaux ont été testés sérologiquement (à plus de 3 mois d’âge) pour la présence d’anticorps contre le virus parainfluenza 3, le coronavirus, le virus respiratoire syncitial bovin et Mycoplasma bovis. Les bovins ayant eu accès à la pâture oint été également testés sérologiquement pour la présence d’anticorps contre Dyctiocaulus viviparus.

Concernant la description de la mortalité :

  • Taux de mortalité des veaux durant la première année de vie de 8,7% dont
    • 0,7% d’avortements, 3,4% de veaux mort-nés (dans 24 premières heures) et 4,6% de mortalité parmi les veaux vivants après 24 heures
  • Les principaux facteurs de risque de veaux mort-nés retrouvés étaient ceux classiquement décrits dans la littérature : un vêlage dystocique (risque multiplié par 40), la gémellité et les vêlages dans des bâtiments en aire paillée libre (plutôt qu’à l’attache)
  • Les deux principales affections retrouvées comme impactant le plus fortement la mortalité étaient les affections respiratoires (près de 28%) et diarrhées néonatales (plus de 15%) dans le premier mois de vie notamment.
  • Les plus forts taux de mortalité ont été retrouvés chez les veaux nés en hiver, dans les troupeaux de grande taille et au sein desquels les veaux étaient conduits très tôt en case collective (à partir de 15 jours d’âge).

Concernant les diarrhées néonatales :

  • Avec la technique ELISA antigène utilisée, près de 85% des presque 200 fèces diarrhéiques examinées n’ont révélé aucun pathogène. Très peu de diarrhées ont été observées durant la période d’étude. Lorsque des pathogènes ont été identifiés, Cryptosporidum parvum et rotavirus ont été les plus fréquemment retrouvés (près de 35% des fèces pour Cryptosporidium, aussi bien dans les fèces diarrhéiques que non).
  • Près de 40 et 68% des veaux étaient à 150 jours séropositifs respectivement pour les coronavirus et rotavirus.
  • Les principaux facteurs de risque retrouvés ont été :
    • Un fort pourcentage d’excréteurs de cryptosporidies et de veaux séropositifs pour coronavirus
    • L’élevage des veaux en stabulation libre (vs à l’attache)
    • L’introduction de veaux dans l’élevage
    • La période hivernale pour les naissances.

Concernant les affections respiratoires :

  • Les niveaux de séroprévalence retrouvés ont été de 50% (PI3), 39% (Coronavirus), 31% (BRSV), 4% (D. Viviparus), 0% (M.bovis)
  • Les principaux facteurs de risque retrouvés ont été :
    • Une forte séroprévalence pour le coronavirus (risque multiplié par 4) et le VRSB (risque multiplié par 3)
    • Un logement des veaux au contact des mères durant la première semaine de vie (risque multiplié par 16) ainsi que le fait de laisser le veau ave sa mère plus de 24 heures à la naissance (risque multiplié par 3)
    • Plus de 8 semaines d’âge d’écart entre les veaux d’une même case
    • Un épisode antérieur de diarrhée néonatale (risque multiplié par 4).

Les résultats de cette étude confortent ceux présents dans la littérature à savoir :
- un taux de mortalité parmi les veaux vivants près 24 heures de l’ordre de 4 à 5%
- une prédominance des affections diarrhéiques et respiratoires, l’une favorisant l’autre
- la prévalence très importante de portage de Cryptosporidium parvum)
- plutôt des combinaisons d’agents qu’une étiologie prédominante
-des facteurs de risques très liés à la taille du troupeau (nombre de veaux dans un même case, écart d’âge au sein d’une case, contact mères-veaux) à intégrer aujourd’hui dans l’analyse des facteurs de risque en grands troupeaux.

 

Références :

S.M. Gulliksen, K.I. Lie, T. Loken, O. Osteras : Calf mortality in Norwegian dairy herds - Journal of dairy Science (2009), 92:2782-2795.
S.M. Gulliksen, E. Jor, K.I. Lie, S. Hammes, T. Loken, J. Akerstedt, O. Osteras : Enteropathogens and risk factors for diarrhoea in Norwegian dairy calves - Journal of dairy Science (2009), 92:5057-5066
S.M. Gulliksen, E. Jor, K.I. Lie, T. Loken, J. Akerstedt, O. Osteras : Respiratory infections in Norwegian dairy calves -Journal of dairy Science (2009), 92:5139-5146