Brève Au Cour du Lait Janvier 2009

Effets du pâturage sur les boiteries des vaches laitières.

Si les vaches séjournant en pâture perdent plus de poids et produisent moins de lait que des vaches séjournant en stabulation, une période de mise en pâture peut néanmoins s’avérer bénéfique pour permettre à des vaches boiteuses de récupérer plus rapidement.

 

L’objectif de cette étude était d’étudier (i) l’influence d’une période de mise en pâture de 4 semaines sur l’amélioration de la démarche de vaches laitières souffrant de boiteries ainsi que d’étudier (ii) l’impact sur leur comportement de couchage.

Pour cela, 72 vaches laitières Holstein multipares en milieu ou fin de lactation logées en stabulation libre depuis le début de leur période sèche ont été sélectionnées. Avant de débuter l’expérimentation, un score de locomotion a été attribué à chaque vache : de 1 (démarche normale, absence d’anomalies de la locomotion) à 5 (vache sévèrement boiteuse) par incrément de 0.5. Les vaches ont alors été assignées par groupe de 4 selon leur score de locomotion de manière à ce que chaque groupe contienne au moins une vache présentant un score de 2.5, 3 et 3.5 et que la moyenne de chaque groupe soit de 3. Chacun des 18 groupes de 4 vaches a été affecté aléatoirement à une période de stabulation permanente (bâtiment en logettes avec ration complète) ou de pâture (classique avec 6 kg de concentrés/jour). Durant les 4 semaines de l’étude et pour chaque groupe, le poids ainsi que la production lactée ont été monitorés. Le score de locomotion était réévalué chaque semaine après la traite matinale et un système d’enregistrement permettait de comptabiliser pour chaque vache le temps dévolu à la station couchée.

Les vaches séjournant en pâture :

  • ont perdu significativement plus de poids que les vaches séjournant en stabulation (2.6 kg/semaine vs 0.5 kg/semaine)
  • ont présenté une chute de la production lactée plus importante que les vaches en stabulation (1.7 kg/semaine vs 0.7 kg/semaine)
  • ont présenté une amélioration significative de leur score de locomotion (de 1 point en moyenne) tandis que les vaches séjournant en stabulation ont vu leur score de locomotion rester stable ou s’aggraver (figure 1 et tableau 1)
  • ont passé moins de temps couché que les vaches en stabulation (10.9 heures/jour vs 12.3h/jour).

L’amélioration de la locomotion est sans doute due au séjour en pâture sur un sol plus confortable, moins traumatisant, et ce d’autant plus que les boiteries ont majoritairement une composante podale. Toutefois, l’absence de parage ne permet pas de conclure définitivement. L’exercice plus important en pâture a pu permettre également (sur un sol moins traumatisant) aux bovins de récupérer des aplombs plus corrects. Le dos voussé et la volonté de supporter son poids par le bovin sont deux éléments d’intérêt pour juger de la sévérité d’une boiterie.
Toutefois, la perte de poids et de production lactée ont été plus fortes pour les bovins en pâture. Aussi, étudier l’influence précise de la nature des sols, et notamment de la nature des différents sols envisageables en stabulation avec logettes (matelas, tapis…) pourrait permettre d’optimiser la locomotion des bovins tout en conservant les performances de production.


 

Référence :

Hernandez-Mendo et al.:Effects of Pasture on Lameness in Dairy Cows. Journal of Dairy Science, 2007 (90), 1209-1214.