Brève Au Cour du Lait Février 2006

Pratiques de traite et d'hygiène caractérisant 187 élevages français à score cellulaire très bas.

Une équipe française de l'INRA a étudié les pratiques de traite et d'hygiène caractérisant les élevages à score cellulaire très bas. Les résultats ont été publiés dans le très sérieux Journal of Dairy Science. La probabilité pour un élevage d'appartenir au groupe à score cellulaire bas est maximale lorsque le logement des vaches taries l'hiver est propre, un spray est utilisé en post-trempage et des CMT sont réalisés au cours de la traite.
Au contraire, la probabilité d'appartenir au groupe des scores cellulaires moyens est maximale lorsque des entrées d'air sont observées lors de la pose du faisceau trayeur, le logement des vaches taries est sale au cours de l'hiver et lorsque le trayeur nourrit les veaux au cours de la traite.

 

Dans le cadre du programme objectif zéro mammites mené en France courant 2000-2001, l'évaluation lors de visites inopinées des pratiques des éleveurs par des experts dûment formés a permis de préciser et de compléter les informations recueillies préalablement par des questionnaires. L'objectif de ce programme était de caractériser les pratiques d'hygiène et de traite des troupeaux à score cellulaire très bas (5 premiers percentiles de l'ensemble des troupeaux suivis). Dans l'évaluation réalisée par les experts, ces 187 élevages sont comparés aux 117 élevages des 50 à 55èmes percentiles (score cellulaire moyen).

Le score cellulaire [log2 (comptage cellulaire /100 000) + 3] est un critère d'évaluation non biaisé des taux cellulaires. Celui-ci a été calculé sur les 36 mois précédant l'étude. Les scores moyens sont de 3,09 pour les élevages à score moyen, contre 1,99 pour les élevages à score très bas, ce qui correspond respectivement à 265 000 et 135 000 cellules par millilitre.

Les auteurs ont trouvé des différences de scores cellulaires significatives entre les races, en faveur des Montbéliardes, dont les scores cellulaires sont inférieurs à ceux des Prim'Holstein et plus encore à ceux des Normandes.

Un élevage à 3,1 fois plus de chances d'avoir un score cellulaire très bas si le logement des vaches taries l'hiver est très propre et à l'inverse 2,5 fois plus de chances d'appartenir au groupe des scores cellulaires moyens si la propreté du logement des vaches taries est mauvaise. Ceci montre l'importance de l'hygiène au tarissement pour minimiser le nombre de quartiers infectés après le vêlage.

L'utilisation d'un spray en post-trempage donne 2,5 fois plus de chances à un élevage d'avoir un score cellulaire très bas. Selon les auteurs, ce résultat est plus discriminant pour l'utilisation d'un spray que d'une solution de trempage en raison du manque d'hygiène fréquent du récipient de trempage (fréquence de remplacement des solutions et qualité de la désinfection des gobelets de trempage).

La production laitière est plus élevée dans les élevages à score cellulaire très bas, pour un quota laitier équivalent. Le nombre de vaches du troupeau est donc inférieur et le temps consacré à la traite l'est également dans les élevages à score cellulaire très bas. Selon les auteurs, ces éleveurs ont donc plus de temps pour prêter attention à chaque vache et détectent ainsi plus précocement les mammites. D'ailleurs, dans cette étude, près de 2 fois plus d'élevages ayant un score cellulaire très bas réalisent un CMT sur au moins une vache par traite.

A l'opposé, les éleveurs prenant le temps de nourrir les veaux pendant la traite ont 2,4 fois plus de chances de voir leur troupeau présenter un score cellulaire moyen. Lorsque des entrées d'air se produisent lors de la pose du faisceau trayeur, ce facteur est de 2,1. Ceci illustre une plus grande distraction des éleveurs à score cellulaire moyen au cours de la traite.

En conclusion, l'attention portée à chaque vache et la propreté du logement des vaches taries semblent être, selon les auteurs, les points clés de l'optimisation des scores cellulaires.

 

 

Références :

CHASSAGNE et coll. Expert assessment study and hygiene practices characterizing very low somatic cell score herds in France. Journal of Dairy Science, 2005, 88, 1909-1916.