Brève Au Cour du Lait Décembre 2007

Mycobacterium avium susbsp paratuberculosis (Map) pourrait se transmettre directement entre veaux.

Il est admis généralement que l’infection des veaux par Mycobacterium avium susbsp paratuberculosis (Map) se fait par voie orale par ingestion de colostrum ou de lait contaminé ou par contact oro-fécal. Il est également généralement admis que l’excrétion de Map concerne les animaux à partir de l’âge de 2 ans. Aussi, il est classique de ne considérer les animaux comme infectieux qu’à partir de l’âge de 2 ans. Toutefois, des résultats récents issus d’études expérimentales mettent à mal ces hypothèses. En effet, l’excrétion de Map (active ou passive par simple effet de passage) a été démontrée chez des animaux infectés par une très forte dose de Map par voie orale : ces conditions peuvent se rencontrer en pratique. De plus, des résultats issus de modélisation mathématique semblent indiquer que les veaux pourraient (devraient) être considérés comme infectieux dans leurs premières semaines de vie. Aussi, la présente étude visait à démontrer si des veaux pouvaient infecter d’autres veaux, et donc être considérés comme des individus infectieux.

 

Lors d’une première étape, 10 veaux d’une semaine issus d’élevages indemnes ont été mis au contact de deux groupes de 6 vaches infectées expérimentalement dans leur jeune âge par Map. Cette mise en contact a duré 3 mois.
Puis lors d’une deuxième période de 3 mois, ces veaux ont été mis au contact de 5 nouveaux veaux (âgés d’une semaine et issus d’élevages indemnes).

Durant la première période, le suivi de l’excrétion (par culture fécale) chez les vaches a permis de confirmer leur statut excréteur et pour 3 d’entre elles de confirmer un statut de forte excrétrice. Tous les veaux au contact des vaches excrétrices et super-excrétrices ont également été détectés excréteurs. Ceci conforte l’hypothèse de transmission vache-veau, mais souligne aussi que les veaux soumis à une forte pression infectieuse peuvent excréter (de façon passive ou active) Map dans l’environnement.

Durant la deuxième période, où il n’y avait plus de vaches excrétrices, des veaux de la première période détectés excréteurs ont encore été détectés excréteurs. Cela penche dès lors en faveur d’une excrétion active de leur part (et non d’un simple effet de passage intestinal des Map ingérées). Parmi les veaux naïfs au contact des veaux infectés (et potentiellement infectieux), 2 ont été détectés excréteurs de Map.

Au final, ceci conforte l’hypothèse soulevée par les auteurs à savoir que les veaux non seulement excrètent Map après s’être infectés, mais qu’ils restent excréteurs un temps suffisant et à une charge suffisante pour contribuer eux aussi à la transmission de l’infection. Les veaux devraient donc être considérés non seulement comme des individus sensibles à l’infection, mais potentiellement infectieux dès lors qu’ils auraient été en contact avec des individus infectieux (vaches positives, ou veaux ayant eu contact avec des individus excréteurs). Ces résultats expérimentaux nécessiteraient d’être confirmés en conditions d’élevage. Quoi qu’il en soit, cela peut expliquer en partie la faillite parfois observée des plans de maîtrise de l’infection centrée en grande partie sur l’élevage des jeunes.



Référence :
Van Roermund et al.: Horizontal transmission of Mycobacterium avium subsp. paratuberculosis in cattle in an experimental setting: Calves can transmit the infection to other calves. Veterinary Microbiology 2007 (122), 270-279