Brève Au Coeur du Lait
Novembre 2012

 

Quelle est l´efficacité épidémiologique et économique du traitement précoce en lactation des mammites subcliniques à germes pathogènes majeurs?

L´objectif de cette étude menée aux Pays-Bas était d´évaluer les effets épidémiologiques et économiques, directs et indirects, associés à un traitement précoce en lactation des mammites subcliniques dues à des germes pathogènes majeurs (Staphylococcus aureus, Stretpococcus uberis et dysgalactiae, E. Coli).

Pour ce faire, les auteurs se sont appuyés sur un modèle déjà existant alliant une dynamique de troupeau et une dynamique d´infections intramammaires. De façon synthétique, chaque vache se voyait attribuer à chaque temps un risque d´être atteinte de mammites selon des taux de transmission donnés, avec un taux donné de guérison spontanée et/ou un taux de guérison après traitement (par exemple taux de guérison spontané de 25% en moyenne pour S.aureus vs 61% après traitement). Sur ce modèle, 3 scénarii différents ont été testés :

Scénario 1 : une vache saine devenant infectée subclinique (>200 000 cellules/mL) et le restant sur plus de 2 mois était traitée en lactation au troisième mois.

Scénario 2 : une vache saine devenant infectée subclinique (>200 000 cellules/mL) et le restant sur plus de 4 mois était traitée en lactation au cinquième mois.

Scénario 3 : idem scénario 1 mais la vache traitée restant infectée plus de deux mois était réformée à la fin du quatrième mois.

Les résultats ont été analysés par rapport à la dynamique d´infection (prévalence, incidence et persistance) et une analyse économique a été menée sur la base de coûts moyens (19€ de diagnostic bactériologique pour confirmer la mammite subclinique, temps de travail de détection, de traitement, coût de l´antibiotique , coût du retrait du lait durant 6 jours, pertes de lait attribuables à la mammite).

Il en ressort :
En comparaison à l´absence de traitement en lactation (incidence cumulée annuelle moyenne de 78 cas pour 100 vaches), le traitement en lactation des mammites subcliniques à germes majeurs, quel que soit sa précocité, est associé à une moindre incidence de mammites cliniques, une moindre transmission et des coûts globaux moindres (incidence cumulée annuelle moyenne de 27% en moyenne pour le scénario 1, de 45% pour le scénario 2 et de 18% pour le scénario 3).

Pour un troupeau de 100 vaches, les coûts totaux étaient estimés à

  • 9000€ en moyenne en l´absence d´intervention
  • 4000€ dans le scénario 1,
  • 6000€ dans le scénario 2
  • 3300€ dans le scénario 3.

Le traitement en lactation permettait de prévenir des épidémies de mammites dans des troupeaux à fort taux de transmission de Streptococcus uberis, Streptococcus dysgalactiae, E.Coli lors de hauts niveaux de guérison après traitement. Il ne permettait pas en revanche de prévenir la transmission de S.aureus même s´il s´avérait au final plus rentable que l´absence d´intervention.

Les traitements en lactation de mammites subcliniques s´avèrent économiquement plus pertinents lorsqu´ils sont mis en place dans des élevages à dominante mammites de réservoir mammaire.

 

Au final, il ressort de cette étude de modélisation que le traitement en lactation des mammites subcliniques dues à des germes pathogènes majeurs est associée à une moindre incidence de mammites cliniques due à une moindre transmission des pathogènes. Les résultats rapportent ainsi qu´il pourrait être économiquement bénéfique de traiter les mammites subcliniques en lactation dues à des germes majeurs dans les élevages où sont mises en œuvres au préalable l´ensemble des pratiques visant à réduire la transmission des germes à réservoir mammaire.

 

Référence :
Van den Borne B.H.P., Halasa T., van Schaik G., Hogeveen H., Nielen M.
Bioeconomic modeling of lactational antimicrobial treatment of new bovine subclinical intramammary infections caused by contagious pathogens - Journal of Dairy Science, 2010, 93 :4034-4044.