Brève Au Cour du Lait Octobre 2007

Les caractéristiques des vaches, des élevages, ainsi que les pratiques durant la période sèche influencent le taux de mammites cliniques après vêlage.

Cette étude s'est intéressée à l'influence de plusieurs facteurs (au niveau vache et élevage) en rapport avec la période sèche sur la survenue de mammites cliniques après vêlage dans 52 troupeaux laitiers sur une période de 2 ans. Les auteurs aboutissent à la construction d'un modèle permettant de prédire de façon assez fiable le taux de mammites cliniques attendu. Les stratégies de management de la période sèche contribuent le pus fortement à ce modèle.

 

Les facteurs ressortant comme augmentant significativement le taux de mammites cliniques après vêlage étaient :

Au niveau  vache  :
Un rang de lactation élevé
Un comptage cellulaire > 200 000 cellules/mL dans les 90 jours précédant le tarissement

Au niveau  élevage  :
Une mauvaise hygiène au moment du tarissement (procédures d'administration des traitements antibiotiques, au tarissement notamment : par exemple, ne pas empêcher les vaches de se coucher après l'administration du tube intra-mammaire ou ne pas pratiquer ce traitement lors de la traite)
Une mauvaise hygiène autour du part en général (loger les taries et les vaches en lactation au même endroit par exemple) et la gestion des boxes de vêlage en particulier (désinfection, curage et paillage quotidien non réalisés par exemple)

Les pratiques associées quant à elles à une diminution du taux de mammites cliniques après vêlage étaient :
Le traitement sélectif au tarissement (indicateur de technicité et de bon niveau sanitaire des élevages très probablement)
La notation systématique des notes d'état corporel au tarissement
La mise en pâture des vaches taries deux semaines au maximum avant une période hors pâture de 4 semaines.

Au final, un inventaire simple de certaines mesures et de certaines caractéristiques tant individuelles qu'au niveau de l'élevage permettent d'évaluer le risque de survenue des mammites cliniques autour du vêlage. Les pratiques de tarissement paraissent comme le facteur le plus important (procédure de traitement, moment du traitement, choix des animaux à traiter). La gestion du tarissement est donc vraiment le point clé, certains facteurs (comme le rang de lactation) étant moins maîtrisables.

Référence :
Green et al. Cow : Farm, and Management Factors During the Dry Period that Determine the Rate of Clinical Mastitis After Calving. Journal of Dairy Science. 2007 (90), 3764-3776.