Brève Au Cour du Lait Septembre 2008

Effet d’épisodes répétés de mammites cliniques sur le risque de mortalité et de réforme chez la vache laitière.

Les conséquences économiques négatives associées à la survenue d’infections intramammaires (IIM) ne sont pas uniquement imputables aux coûts de traitement ni aux pertes de production laitière (lait non commercialisable et atteinte du parenchyme mammaire) mais également aux pertes liées à la mortalité ou la réforme précoce des vaches atteintes. La mortalité concerne principalement les vaches atteintes de mammites suraiguës tandis que la réforme anticipée concerne l’ensemble des vaches sujettes aux IIM répétées et/ou incurables. L’objectif de cette étude était d’étudier l’impact d’épisodes de mammites cliniques répétés sur le risque de mortalité ou de réforme anticipée.

 

Pour cela, ce sont plus de 16000 lactations d’animaux issus de 5 grands troupeaux laitiers américains qui ont été analysées.

Au final, environ 3000 vaches ont connu au moins un épisode d’IIM, près de 750 ont connu un deuxième épisode et près de 330 vaches ont connu une troisième IIM durant leur 10 mois de lactation. Durant l’étude, 960 vaches sont mortes et près de 2000 vaches ont été réformées.

La probabilité pour une primipare de mourir dans le mois où l’IIM a été diagnostiqué était (en comparaison aux vaches non atteintes d’IIM), plus de 5 fois supérieurs si il s’agissait du premier cas d’IIM, 23 fois supérieur s’il s’agissait du deuxième cas d’IIKM et 28 fois supérieur s’il s’agissait du troisième cas d’IIM. La tendance était différente pour les multipares où le risque était environ 10 à 12 fois supérieur quel que soit le nombre d’épisodes d’IIM. De façon globale le risque de mortalité le mois du diagnostic d’une IIM était 4 fois supérieur pour les primipares et 2 fois supérieur pour les multipares.

De la même manière, le risque pour une vache d’être réformée dans les 2 mois suivant une IIM (quelle que soit son rang) était augmenté d’un facteur 3.

Au final, l’existence d’IIM seules ou répétées augmente significativement le risque de mortalité et de réforme anticipée des vaches, primipares comme multipares. Le risque est d’autant plus élevé que l’animal connait de nombreuses IIM au cours d’une même lactation.

 

Référence :

Bar et al. : Effects of repeated episodes of generic clinical mastitis on mortality and culling in dairy cows. Journal of Dairy Science. 2008 (91), 2196-2204.