Brève Au Cour du Lait Juillet/Aout 2005

Plans cellules, arrêts de collecte: une enquête sur ce qui caractérise les élevages à >400 000 cellules/mL dans le tank.

Cette enquête Cas/Témoins menée dans l’Orne vient de rendre ses conclusions dans le Bulletin des GTV d’Août 2005.
Absence de ventilation verticale du bâtiment, absence de plan de lutte contre les insectes volants, politique de réforme et absence de post-trempage sont fortement associés aux mauvais résultats cellulaires.

 

L’enquête sur les facteurs associés a été conduite en 2003 dans 45 élevages Cas (au moins 2 moyennes géométriques trimestrielles >400,000 cellules/mL de lait de Tank depuis 2 ans) et 51 élevages Témoins (n’ayant jamais eu de moyennes géométriques trimestrielles >400,000 cellules/mL).

L’échantillon a été sélectionné par tirage aléatoire simple, à partir de la liste exhaustive des éleveurs Cas et Témoins du département de l’Orne.

Les variables récoltées dans tous les élevages concernent les caractéristiques de l’exploitation (10 variables), la description du bâtiment (17 var.), la conduite du troupeau (17 var.), les pratiques de traite (12 var.), l’hygiène de traite (12 var.), la gestion des mammites cliniques (5 var.) et la conduite du tarissement (9 var.).

Les facteurs de risque qui sont sortis avec le modèle statistique utilisé (régression logistique) sont les suivants:

  • Absence de ventilation verticale dans le bâtiment (p=0.002) (OR=7.54). Si l’on résume, un élevage sans ventilation verticale (ventilation par le toit) possède 7 fois plus de chances de se retrouver dans les élevages à problèmes de cellules (élevages Cas) que dans les autres (élevages Témoins).
  • Absence de lutte contre les insectes (p=0.005) (OR=9.26).
  • Absence de désinfection des trayons (désinfection classique) (p=0.006) (OR=18.0)
  • Présence de réforme de vaches laitières en fonction de l’âge (p=0.02) (OR=5.89).
  • Absence de réforme de vaches laitières en fonction de la fertilité (p=0.006) (OR=8.25).

La réforme des laitières sur le critère Age est un facteur de risque: cela peut s’expliquer par le fait que ces éleveurs sont plus traditionnels, gardent plus longtemps leurs animaux, selon les auteurs.

L’absence de réforme sur le critère Fertilité s’explique probablement par un effet génétique. Un haut niveau de production laitière semble en effet corrélé avec une mauvaise fertilité, mais également avec un risque élevé de mammites cliniques, en particulier en race Prim’Holstein, selon les auteurs.

L’absence de lutte contre les insectes, en tant que facteur de risque de mauvais résultats cellulaires, s’explique certainement par leur rôle vectoriel (transmission d’une mamelle à l’autre de germes contagieux tels que staphylocoques, streptocoques, etc.).

Musca domestica, Haematobia irritans, Musca automnalis, sont des petites bêtes dont il faut se préoccuper quand on s'attache à la qualité du lait !

 

Références :

Facteurs associés à des taux cellulaires de tank élevés dans le département de l’Orne.

Delafosse et coll. Bulletin des GTV  30 (2005) 335-342.