Bréve Au Coeur du Lait
Juin 2013

 

Quelle est la persistance des espèces de staphylocoques dans la mamelle ?

L’objectif de cette étude menée en Norvège était de décrire les mammites dues à des espèces de staphylocoques et notamment de décrire la fréquence d’isolement des différentes espèces (principalement Staphylocoques Coagulase Négative (SCN) et Staphylococcus aureus) et d’identifier si certaines espèces ou certains génotypes étaient plus particulièrement associés à des infections intra-mammaires persistantes.

Pour ce faire, les auteurs de cette étude ont sélectionné 4 troupeaux conseillés par leurs vétérinaires respectifs car confrontés à des problèmes de mammites. La taille de ces troupeaux était de 22 à 34 vaches en moyenne avec un niveau de production par vache allant de 5000 à 8000 kg/an, avec une moyenne cellulaire de tank de l’ordre de  104 000 à 237 000 cellules/mL. Les bovins étaient à l’attache dans les 4 troupeaux, et aucun traitement au tarissement n’était effectué. Le taux d’incidence de mammites s’étalait entre 33 et 112%.

Au sein de ces troupeaux, l’ensemble des animaux à la traite ont fait l’objet d’un prélèvement de lait toutes les 4 à 8 semaines, et ce, 13 fois pour 2 élevages, 10 fois pour le troisième et 8 fois pour le quatrième. Chaque prélèvement a fait l’objet d’une analyse bactériologique puis le cas échéant d’une analyse moléculaire pour déterminer le génotype (par électrophorèse sur gel en champ pulsé). Au final, 4030 prélèvements de lait ont été recueillis sur 206 vaches laitières (117 multipares et 89 primipares).

Une mammite était considérée comme persistante si une même souche était isolée du même quartier lors de 2 prélèvements consécutifs distants de moins de 60 jours. Les SCN ont fait l’objet d’une identification d’espèce.

Au final, les résultats des analyses sont présentés dans le tableau ci-après.

Tableau :Nature des staphylocoques retrouvés dans l’étude

 

Troupeau 1

Troupeau 2

Troupeau 3

Troupeau 4

Total

Nombre de vaches prélevées

71

49

36

50

206

Nombre d’échantillons de lait de quartiers

1466

1043

812

661

3982

% de quartier staphylocoques coagulase positive (S. aureus)

2.9%

3.2%

4.8%

7.9%

4.2%

% de quartier staphylocoques coagulase négative (SCN)

15.7%

9.2%

18.0%

8.0%

13.2%

% autres pathogènes

4.6%

3.2%

3.8%

5.7%

4.2%

SCN

 

 

 

 

 

% S. chromogenes / SCN

42.1

27.6

11.9

18.4

31.2

% S. simulans / SCN

22.2

39.7

15.9

22.2

25.8

% S. haemolyticus / SCN

10.8

16.2

62.2

10.8

15.2

% S. epidermidis / SCN

52.9

20.6

5.9

20.6

13.9

% S. warneri / SCN

17.4

52.2

30.4

0.0

9.4

%S. hominis / SCN

0

0

100

0

9.4

% S. cohnii / SCN

0

0

10

0

1.2

% S. pasteuri / SCN

100

0

0

0

0.4


66 quartiers (8%)  ont été considérés atteints de mammite chronique à SCN à part égale chez les primipares (48.2%) et multipares (51.8%). Parmi les 66 quartiers, 6 étaient encore infectés à l’issue de la période de tarissement (à noter l’absence de traitement antibiotique au tarissement).

Parmi les souches  de SCN retrouvées dans les quartiers atteints de mammites supposées chroniques, 6 espèces de staphylocoques prédominaient : S. chromogenes (20 quartiers), S. simulans (16 quartiers), S. epidermidis (9 quartiers), S. haemolyticus (8 quartiers), S. warneri (3 quartiers). Au sein de chaque espèce plusieurs types (définis sur la base des analyses moléculaires) ont pu être mis en évidence mais un nombre très restreint était retrouvé lors de mammite chronique sur plusieurs vaches au sein d’un même troupeau.

La proportion de S. chromogenes était plus importante chez les primipares (52%) que chez les multipares (12%) á l´:inverse de S. epidermidis plus fréquent chez les multipares (21% vs 6%).

23 quartiers (3%) ont été considérés atteints de mammite chronique à S. aureus, essentiellement chez les multipares (18 des 23 quartiers infectés chroniquement). Parmi les 23 quartiers, 16 étaient infectés durant toute la lactation.

 

Au final, il ressort de cette étude qu’au sein des troupeaux de l’étude, le plus souvent, une seule souche de staphylocoque était responsable des mammites chroniques persistantes (et transmissibles). Il existe des différences de pathogénicité et de transmissibilité entre souches.

 

Référence :
T. Mork, H.J. Jorgensen, M. Sunde, B. Kvitle, S. Sviland, S. Waage, T. Tollersrud
Persistence of staphylococcal species and genotypes in the bovine udder - Veterinary Microbiology. 2012, (159) : 171-180.