Brève Au Cour du Lait Mai 2007

Relation entre l'usage d'antibactériens et l'antibiosusceptibilité de germes Gram positifs responsables de mammites.

L'objet de cette étude est la relation entre l'utilisation sur le terrain d'antibiotiques contre les bactéries responsables de mammites et l'apparition de résistances envers ces mêmes antibiotiques. Si un effet  dose employée - effet observé , est constaté pour certaines combinaisons  antibactériens - agents pathogènes , l'exposition aux agents antibactériens les plus couramment utilisés pour le traitement des mammites n'est pas associée à l'apparition de résistance.

 

L'objectif de cette étude était d'analyser la relation entre la fréquence d'utilisation de certains agents antibactériens et l'antibiosusceptibilité des agents pathogènes à Gram positif classiquement impliqués lors de mammites.

Dans ce but, 40 troupeaux (20 troupeaux conventionnels et 20 troupeaux label  agriculture biologique ) ont été recrutés avec pour critère un taux cellulaire de tank > 250 000 cellules/mL depuis > 6 mois. L'exposition aux différents antibactériens a été standardisée pour chaque vache en calculant le nombre de doses reçues quotidiennement par vache pour un agent antibactérien donné. Dix antibactériens ont été retenus : ceftiofur, céfapirine, pénicilline, tétracycline, pyrlimycine, ampicilline, sulfadiméthoxine, novobiocine, érythromycine, cloxacilline. Les troupeaux ont été classés selon leur fréquence d'utilisation d'antibactériens : aucun (biologique), usage faible (fréquence inférieure au premier quartile) et usage fréquent (fréquence supérieure au premier quartile). Des échantillons de lait ont été prélevés sur 50 vaches au maximum par troupeau (sans signe clinique de mammite) et ont été analysés. La CMI a été évaluée pour chaque germe isolé. La relation entre l'exposition aux différents agents antibactériens et les CMI des différentes souches isolées a été évaluée par analyse de survie.

Au final 3338 échantillons ont été prélevés dans les 20 troupeaux conventionnels et 2334 dans les troupeaux  bio . (Tableau 1). Sur l'ensemble des germes isolés (1197 en conventionnel vs 1306 en troupeaux  bio ), des différences significatives dans la proportion des germes retrouvés selon la nature des troupeaux sont constatées pour l'ensemble des germes à l'exception de Staphylococcus aureus.

La majorité des isolats ont été inhibés avec la plus faible concentration en antibactérien utilisée.

Concernant Staphylococcus aureus, la survie la plus longue a été observée dans les troupeaux avec un fort taux d'utilisation de pénicilline et de pyrlimycine.

Concernant les staphylocoques coagulase négative, la survie la plus longue a été observée dans les troupeaux avec un fort taux d'utilisation de pénicilline et de pyrlimycine et les CMI de l'ampicilline et de la tétracycline étaient plus élevées dans les troupeaux conventionnels que les troupeaux bio.

Concernant les streptocoques, les CMI de la pyrlimycine et de la tétracycline étaient plus élevées dans les troupeaux conventionnels que les troupeaux bio.

Parmi tous les agents antibactériens, seule la CMI de la pyrlimycine augmentait avec le nombre de doses administrées en moyenne quotidiennement.

Pour la plupart des agents antibactériens couramment utilisés, la fréquence d'utilisation n'avait pas d'influence sur les CMI.

Tableau 1. Germes isolés des échantillons prélevés en troupeau conventionnel (n=3338) et bio (n=2334).

Germe

Conventionnel

Bio

%

%

Aucun

58,4

44,4

Coagulase staph négative(CNS)

13,6

16,9

Strep. spp

6,3

8,2

Staph. aureus

2,9

5,4

Coliformes

1,9

0,5

Strep. agalactiae

0,8

2,3

Autres

10,0

22,4

contamination

10,1

4,4

Référence :

Pol et al.: Relationship between antimicrobial drug usage and antimicrobial susceptibility of gram-positive mastitis pathogens. Journal of Dairy Science (2007) : 90 : 262-273.