Bréve Au Coeur du Lait
Mars 2013

 

Quel est l´effet d´une contamination de l´aliment par des mycotoxines de Fusarium sur la production, le métabolisme et l´immunité des bovins ?

L´objectif de cette étude menée au Canada, était d´évaluer chez des vaches laitières l´impact de la distribution d´une ration contaminée par des mycotoxines de Fusarium sur l´ingestion, la production laitière ainsi que sur des paramètres métaboliques et immunitaires.

Pour ce faire, 12 vaches laitières (5 primipares, 7 multipares, niveau moyen de production de 36kg lait par jour) ont été aléatoirement réparties en 2 lots de 6 vaches : un premier lot soumis à une ration complète, un deuxième soumis à la même ration contaminée par des mycotoxines de Fusarium, comme le dexoynivalenol ou la zéaralénone. La deoxynivalenol était la toxine la plus présente à hauteur de 3,5mg/kg de MS ingérée.

L´expérimentation s´est étalée sur 63 jours.

Les vaches ont fait l´objet d´un suivi quotidien de l´ingestion et de la production laitière. Durant 2 jours consécutifs par semaine, les vaches ont fait l´objet d´une pesée ainsi que d´une notation de leur état corporel.

Des prélèvements sanguins ont été réalisés à J0, J14, J28, J42 et J56. Ils ont permis la réalisation de numération de formule sanguine, la mesure du taux d´IgA, d´IgG et d´IgM et le dosage de nombreux paramètres métaboliques (Ca, P, Mg, Bétahydroxybutyrate, GGT, cholestérol, créatinine, urée, ASAT, glucose, CPK, haptoglobine, AGNE, Na, K, Cl).

En complément de ces mesures, des prélèvements par voie œsophagienne de jus de rumen ont été effectués 7 semaines et 9 semaines après le début de la distribution, afin de déterminer la concentration en ammoniac.

L´activité phagocytaire des neutrophiles a été également évaluée. Enfin, les vaches ont été, 6 et 8 semaines après le début de la distribution, « inoculées » avec 0,5 mg d´ovalbumine afin de tester leur capacité de réponse humorale (via des prélèvements sanguins pris à 8 et 9 semaines après le début de la distribution).

Il en ressort les résultats principaux suivants :

Variable

Groupe ration contrôle

Groupe ‘ration contaminée’

Ingestion (kg)

24,6

24,0

Production laitière (kg)

33,4

35,6

TP (%)

3,7

3,7

TB (%)

3,4

3,3

CCS (cellules/mL)

67 000

107 000

Sodium (mmol/L)

138,7

141,6*

IgG (g/L)

32,00

30,33

IgA (g/L)

0,27

0,27

IgM (g/L)

2,17

1,95

Activité phagocytaire (%)

64,0

53,3*

Réponse Anticorps albumine (DO ELISA)

0,86

1,15*

(* résultats significativement différents entre groupes)

Dans ces conditions expérimentales, les quantités de matière sèche ingérées, le poids vif, la note d´état corporel, la quantité de lait produite et la composition du lait ont été comparables dans les deux régimes testés.

Aucune différence significative n´a été notée sur les différents paramètres biochimiques testés, à l´exception du sodium (hypothèse de moindre consommation d´eau).

Les seules différences concernant les paramètres immunitaires avec une activité de phagocytose des neutrophiles plus faible pour les animaux nourris avec la ration contaminée mais une réponse humorale primaire stimulée, en accord avec les études déjà publiées.

 

Au final, les résultats de cette étude rapportent, à la dose contaminante testée, l´absence d´effet d´une contamination par Fusarium sur les paramètres de production (poids, lait) mais par contre une action a priori néfaste sur la fonction immunitaire cellulaire (avec principalement une neutropénie).

 

Référence :
Korosteleva S.N., Smith T.K., Boermans H.J.
Effects of feed naturally contaminated with Fusarium mycotoxins on metabolism and immunity of dairy cows - Journal of Dairy Science, 2009, (92) :1585-1593.