Brève Au Cour du Lait Février 2008

Effets d’une lactation prolongée (pas de tarissement) et d’une traite plus fréquente sur la production lactée et le turnover des cellules du parenchyme mammaire.

L’objectif de cette étude menée aux USA était de vérifier si une fréquence de traite plus intense en début de lactation, couplée à l’administration de somatotropine (ST) améliorait significativement la production laitière chez des vaches primipares en lactation prolongée. Il s’agissait également de déterminer si cette augmentation était due à un métabolisme accéléré des cellules du parenchyme mammaire (prolifération et apoptose augmentées).

 

Afin d’atteindre ces objectifs, ce sont 8 primipares (en première lactation et deuxième gestation) qui ont été utilisées. Pour chaque animal, une moitié de mamelle subissait un tarissement de 60 jours pré-partum tandis que l’autre hémi-mamelle était traite en continu (absence de tarissement). Puis, une stratification a été faite selon que les vaches recevaient de la somatotropine ou non, et que la traite se faisait 2 ou 4 fois par jours (cf tableau pour les différentes catégories). Afin de juger de l’état du parenchyme mammaire, des biopsies (pour analyse immunohistochimique) ont été réalisées afin de juger du nombre de cellules en division et en apoptose. Ces biopsies étaient pratiquées plusieurs fois entre 20 jours avant vêlage et 20 jours après vêlage.

Les résultats en termes de production étaient les suivants :

Cas

Traitement

 

Pas de ST

ST

 

Avec tarissement

Lactation continue

Avec
tarissement

Lactation continue

2 traites / jour

 

 

 

 

Prepartum

 

 

 

 

Hémi-mamelle (kg/j)

0

8.2

0

10.3

Post-partum

 

 

 

 

Hémi-mamelle (kg/j)

22.3

10.9

22.4

10.1

 

 

 

 

 

4 traites / jour

 

 

 

 

Prepartum

 

 

 

 

Hémi-mamelle (kg/j)

0

9.2

0

11.7

Post-partum

 

 

 

 

Hémi-mamelle (kg/j)

21.5

13.9

24.3

16.0

En moyenne, les animaux en lactation continue ont moins produit en post-partum que les vaches ayant connu un tarissement. L’ajout de ST a par contre, comme attendu augmenté la production (par rapport aux vaches non traitées).
Comme attendu la prolifération des cellules épithéliales mammaires était plus forte en période pré-partum, mais elle était également plus forte pour les vaches bénéficiant d’un tarissement. Le phénomène d’apoptose, très intense dans la première semaine de lactation n’était, quant à lui, pas affecté par l’existence ou non d’un tarissement.

En conclusion, si une traite plus fréquente, ainsi que l’utilisation de somatotropine ont un effet positif sur la production laitière, ces deux options, seule ou en combinaison, ne permettent pas de rattraper la chute de production laitière observée chez les vaches traites en continu. La pratique de traite en continu ne parait donc pas une option intéressante en termes de production laitière.


 

Référence :

FITZGERALD et al.: Evaluation of continuous lactation and increased milking frequency on milk production and mammary cell turnover in primiparous Holstein cows. Journal of Dairy Science. 2007 (90), 5483-5489.