Brève Au Coeur du Lait
Janvier 2012

La répartition des staphylocoques coagulase négative (SCN) en provenance du lait et de l’environnement
des vaches laitières varie entre les fermes.

Dans la plupart des études menées fin des années 90 et début des années 2000, il était habituel de considérer les SCN comme formant un groupe homogène, ce qui pourrait expliquer en partie pourquoi, selon les travaux, on ait des résultats contradictoires sur leur rôle pathogène ou protecteur. En fait cette tendance à les considérer comme un groupe homogène était lié au fait qu’il était difficile de distinguer les différentes espèces lorsqu’on se basait sur leurs caractéristiques phénotypiques. Avec le développement très récent des méthodes de génotypage, l’identification se révèle plus pertinente et va permettre de mieux connaître l’épidémiologie des différentes espèces de SCN, sachant qu’en fait il existe de fortes variations de pathogénicité entre les espèces retrouvées lors d’infection intra-mammaire (facteurs de virulence et susceptibilité antimicrobienne).

L’objectif de cette étude menée en Belgique était de déterminer la distribution des espèces de SCN isolées dans le lait et pouvant aussi être retrouvée dans l’environnement des vaches laitières, d’évaluer l’aptitude des différentes espèces de SCN à provoquer des infections intra-mammaires et d’identifier leurs principaux réservoirs.

Pour ce faire, un suivi longitudinal de 12 mois a été mené au sein de 6 troupeaux bovins laitiers (nommés A à F ci-après) correctement gérés et représentatifs des élevages flamands (taille moyenne de 70 vaches, moyenne de production par vache de 9400 kg environ et moyenne de CCS troupeau 137 725 cell/mL). Les vaches étaient sur logettes avec sciure. Au sein de chaque élevage, une cohorte de 10 vaches en lactation a été constituée (4 primipares, 3 animaux en seconde lactation et 3 en troisième ou au-delà). Chaque vache était soumise à un prélèvement aseptique de lait tous les mois. De plus, les vaches en mammite clinique (de la cohorte ou non) faisaient l’objet d’un prélèvement. En parallèle, des prélèvements d’environnement étaient réalisés tous les mois : de la sciure utilisée pour la litière, de la sciure encore non utilisée, sur le sol des caillebotis et enfin sur un prélèvement d’air récolté au sein de la stabulation. Après une première étape de bactériologie, les SCN isolés étaient ensuite génotypés par méthode AFLP. Une vache au sein de l’étude a été considérée atteinte d’une mammite à SCN si et seulement si le même génotype était isolé sur deux prélèvements successifs.

Durant l’étude, ce sont 21 cas de mammites à SCN qui ont été détectés. Les SCN retrouvés étaient : S. chromogenes (8/21), S. haemolyticus (9/21), S. simulans (2/21) et S. epidermidis (2/21). Ces 4 espèces représentaient 81.3% de l’ensemble des SCN isolés dans le lait. Parmi ces 21 cas, 17 ont été considérés persistants (150 jours en moyenne).

Les SCN isolés dans le lait et/ou l’environnement par élevage est résumé dans le tableau ci-dessous.


SCN

Total (%)

Nombre d’isolats par Elevages

A

B

C

D

E

F

Lait

Env

Lait

Env

Lait

Env

Lait

Env

Lait

Env

Lait

Env

Lait

Env

S. chromogenes

30.6

0

9

1

6

3

1

 

7

 

12

3

6

4

S. haemolyticus

27.6

16.6

2

21

624

 

73

28

20

28

2

9

4

17

S. epidermidis

11.9

1.9

1

4

5

4

 

1

 

1

9

 

1

2

S. simulans

11.2

5.3

 

3

 

4

1

9

 

4

14

10

 

4

S. hominis

3.7

1.7

1

4

1

2

 

 

 

3

 

1

3

1

S. cohnii

3.0

5.7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4

 

S. saprophyticus

3.0

2.4

3

12

 

 

 

1

 

2

1

 

 

 

S. auricularis

2.2

1.1

1

1

 

2

2

2

 

 

 

 

 

2

S. warneri

2.2

0.6

 

 

1

2

 

1

1

 

1

 

 

1

S. devriesi

1.5

2.8

1

5

 

1

 

4

1

2

 

4

1

2

S. equorum

1.5

19.0

 

18

 

21

 

129

1

12

 

20

 

21

M. caseolyticus

0.7

0.3

 

 

 

2

 

1

1

 

 

 

 

1

S. Sciuri

0.7

17.9

 

28

 

10

 

28

 

32

 

4

 

12

Il en ressort une extrême variété des SCN isolés notamment dans l’environnement et des profils très différents par élevage.

S.chromogenes et S.epidermidis ont été principalement isolés dans le lait (78.8 et 57.1% de l’ensemble des isolats respectivement) et moins dans l’environnement. S. haemolyticus et S. simulans ont été isolés régulièrement dans le lait et l’environnement (avec respectivement 74.1 et 69.4% des isolats en provenance de l’environnement).

Les réservoirs primaires des espèces de SCN causant des infections intra-mammaires sont donc variés et des différences importantes existent au niveau des 4 espèces principales impliquées dans les infections intra-mammaires (réservoir environnemental négligeable pour S.chromogenes et S.epidermidis à contrario de ce qui est observé pour S. haemolyticus et S. simulans.

 

L’épidémiologie des SCN infectant la mamelle varie selon les espèces. S. chromogenes et S. epidermidis semblent davantage agir comme des pathogènes à réservoir mammaire alors que S. haemolyticus et S. simulans ont un réservoir environnemental important et pourraient alors se comporter comme des opportunistes. Les variabilités observées entre élevages suggèrent également un effet troupeau influant fortement sur l’installation de souches spécifiques à chaque élevage.

 

Référence :
Piessens V, Van Coillie E, Verbist B, Supré K, Braem G, Van Nuffel A, De Vuyst L, Heyndrickx M, De Vliegher S. :
Distribution of coagulase-negative Staphylococcus species from milk and environment of dairy cows differs between herds - Journal of Dairy Science, 2010,(94):2933-2944