Brève Au Coeur du Lait Janvier 2010

Quelle est la litière la plus efficace pour limiter la croissance bactérienne dans les matelas des logettes ?

L’objectif de cette étude menée aux USA était de comparer l’efficacité de plusieurs traitements appliqués à même les tapis (matelas) de logettes sur la croissance bactérienne mesurée directement dans la litière de la logette ou sur l’extrémité des trayons des vaches.

 

Pour ce faire, 5 groupes de 30 couples vaches-logettes d’un même élevage ont été utilisés. Pour chaque groupe, le matelas de la logette subissait un des 5 traitements suivants : groupe témoin (pas de traitement), 500 g de chaux hydratée, 120 mL d’une solution acidifiante, 1 kg de cendre de charbon, 1 kg de copeaux de bois séchés.
Les logettes n’étaient pas paillées.

Chacun son tour, chacun des 5 groupes expérimentait les 5 traitements. Entre 2 changements, la logette était complètement désinfectée, et le traitement appliqué les lundi, mercredi et vendredi. Les prélèvements ont alors concerné 5 écouvillons réalisés sur les extrémités de trayons de 5 vaches ainsi que 5 prélèvements issus de matelas (écouvillons également) à différents temps à partir du vendredi toutes les 12 heures jusqu’au dimanche. Une bactériologie et un comptage des bactéries retrouvées étaient pratiqués sur chaque prélèvement. Par ailleurs, les logettes faisaient l’objet de curage quotidien.

Il en ressort que le traitement associé avec le plus faible comptage bactérien (en Coliformes, Klebsiella, E. coli, Streptococcus spp) était la chaux hydratée, suivie de l’acidifiant. La cendre limitait le nombre de coliformes mais concernant les autres espèces (Klebsiella, E.Coli et Strep. Spp), la cendre ne présentait aucun effet, tout comme les copeaux de bois qui ne présentaient eux aucun effet bénéfique sur aucune des 4 espèces bactériennes recherchées. La chaux hydratée  a diminué la charge bactérienne d’environ un facteur 3 à 4 en comparaison au groupe témoin. Logiquement, la même tendance a été observée en terme de comptage bactérien à l’extrémité des trayons. Ainsi, les vaches logées dans des logettes traitées à la chaux hydratée ont présenté les plus faibles comptages en coliformes et Klebsiella à l’extrémité  de leurs trayons, tandis que les autres traitements étaient sans effet notoire.

Toutefois, un tiers des vaches exposées à la chaux présentaient des lésions de type ulcératives sur les postérieurs et la mamelle dès 3 jours après la première application. Ainsi, si la chaux semble intéressante pour diminuer la charge bactérienne, elle n’en reste pas moins agressive pour la vache. L’efficacité à des doses moindres devrait être investiguée.

Enfin, il a été constaté un développement de la population bactérienne au fur et à mesure des prélèvements au niveau du matelas (comptages supérieurs à 36-48 heures par rapport à 12-24 heures),  alors que la quantité de germes au niveau du trayon se développait rapidement dans les 12 premières heures puis restait constante (colonisation rapide puis équilibre).

En conclusion, la chaux hydratée semble être la substance la plus performante pour diminuer la population bactérienne présente sur le matelas des logettes mais son utilisation prolongée ou répété n’est pas sans risque pour les vaches. La détermination précise de la posologie et du rythme d’administration reste à déterminer.

 

Référence :
MA Kristula, Z Dou, JD Toth, BI Smith, N Harvey, M Sab:
Evaluation of free-stall mattress bedding treatments to reduce mastitis bacterial growth. Journal of Dairy Science 2008. 91 :1885-1892.