Brève Au Cour du Lait Septembre 2007

Quelle est l'importance des staphylocoques coagulase-négative en tant que germes responsables d'infections intramammaires ?

Cette communication, réalisée lors du congrès annuel du National Mastitis Council qui s'est déroulée à San Antonio (USA) en janvier fait le point sur le rôle des staphylocoques coagulase-négative (SCN) dans les infections intramammaires. Ces pathogènes, semble-t-il émergents, sont de plus en plus étudiés. Fréquemment considérés comme peu pathogènes et sensibles aux traitements antibactériens, ces SCN peuvent entrainer des infections persistantes responsables de fortes concentrations en cellules somatiques, et d'atteinte du parenchyme mammaire.

 

Importance et diversité des SCN
- La proportion de quartiers infectés par un SCN dans des situations de mammites sub-cliniques et/ou de fortes concentrations en cellules somatiques (CCS) diffère selon les études et les pays (de 6% en hollande jusque 35 ou 50% respectivement en Allemagne et en Finlande)
- La proportion de quartiers infectés par un SCN dans des situations de mammites cliniques est plus faible (de 6% en suède jusque 20% en Finlande)
- L'incidence des mammites à SCN semble influencée par la saison (pic en fin de saison de stabulation)
- Parmi l'ensemble des SCN, S. epidermidis est de ceux qui peuvent se retrouver aussi bien chez le bovin que chez l'homme (et les mains du trayeur notamment)
- les espèces de SCN les plus fréquemment isolées sont : S. chromogenes (plus spécialement chez les primipares), S. simulans, S. hyicus, S. epidermidis
- La prévalence des mammites à SCN est plus élevée chez les primipares
- la colonisation de la mamelle semble se réaliser chez la génisse avant la parturition (on peut les détecter sur l'extrémité des trayons de génisses de 10 mois)
- en routine il n'est pas aisé de distinguer les différentes espèces de SCN
- le taux de guérison spontanée est généralement considéré comme élevé (60-70%) bien que certaines études rapportent des taux de guérison de 15 à 44% et une persistance sur plusieurs mois
- parmi les SCN, S. chromogenes (le plus virulent in vitro) et S. epidermidis, disparaissent rapidement après vêlage tandis que S. simulans persisterait plus volontiers
- les SCN auraient un effet protecteur contre les germes majeurs responsables de mammites (effet flore de barrière sur l'apex du trayon, production de bacteriocines) mais des résultats contradictoires existent à ce sujet.

Aspects cliniques
- le plus souvent les SCN sont responsables de mammites sub-cliniques ou de mammites avec signes cliniques modérés (50% des cas dans une récente étude finlandaise), mais ils peuvent être associés à des mammites cliniques sévères avec répercussions sur l'état général
- les infections intramammaires par des SCN se caractérisent par une élévation des CCS, généralement inférieure à 500 000 cellules/mL

Identification des SCN
- caractère coagulase-négative
- développement des outils d'identification moléculaire non encore totalement abouti (outils non disponibles en pratique)

SCN et antibactérien
- plusieurs études rapportent une bonne efficacité des traitements antibactériens usuels (de l'ordre de 80 à 90% d'efficacité bactériologique)
- taux de guérison plus faible chez les multipares
- résistance aux pénicillines et aminopénicillines fréquemment identifiées, récemment résistance aux macrolides, lincosamides et fucidine.

Prévention des mammites à SCN
- les SCN partagent des caractéristiques de germes à réservoir mammaire et de germes d'environnement, mais les principaux SCN incriminés lors de mammites sont à réservoir mammaire
- classiquement les SCN sont considérés comme des germes commensaux de la flore cutanée
- les mammites à SCN touchant préférentiellement les génisses, les efforts doivent être portés dès le pré-troupeau (hygiène du logement, préparation au vêlage..).

Référence :

TAPONEN et al. : How important is coagulase-negative staph as a cause of mastitis. National Mastitis Council Annual Meeting Proceeding. 2007, 81-91


NDLR :

cns

Référence : Sampimon O., 4th IDF International Mastitis Conference, 2005

scn

Référence : Dossier d'AMM Cobactan DC, Etude V-0174-0533, 2003