Brève Au Coeur du Lait Octobre 2010

Quel est la relation entre le profil sérologique paratuberculose et la production laitière ?

L’objectif de cette étude menée au Danemark était d’étudier les perturbations de production laitière chez des vaches selon leur profil sérologique vis-à-vis de Mycobacterium avium subsp paratuberculosis (Map), en comparaison notamment à leurs congénères négatives de façon répétée.

 

Pour ce faire, les données utilisées ont été celles du plan danois de maîtrise de la paratuberculose reposant sur des analyses répétées du lait des vaches à l’aide d’un test ELSIA, afin notamment d’orienter les réformes sur la base des profils sérologiques. Les données de production laitière étaient récoltées concomitamment. Ainsi, les données ELISA et de production laitière de presque 40 000 vaches ont été obtenues (soit près de 140 000 résultats ELISA).
Compte-tenu des profils attendus, 6 catégories de vaches ont été déterminées du statut le plus supposé indemne au plus infecté :

  1. A0/ ELISA négative de façon répétée : considérée comme population de référence
  2. A1/ Un seul test ELISA négatif
  3. A2/ 3 tests ELISA négatifs mais un test ELISA antérieur positif
  4. A3/ Dernier test ELISA négatif mais plusieurs résultats positifs antérieurs
  5. A4/ Dernier test ELISA positif mais résultats antérieurs négatifs
  6. A5/ Au moins les 2 derniers tests ELISA positifs

Les principaux résultats sont les suivants :

  1. Les vaches au profil A4 avaient une diminution perceptible de la production laitière dès 300 jours avant l’ELISA positif pour atteindre une chute de production laitière de 5kg/jour 200 jours après le premier ELISA positif.
  2. Les vaches du groupe A5 (positives de façon répétée) avaient une production laitière diminuée de 2,5 kg/jour entre l’année précédant leur première analyse positive et l’année suivant cette analyse (lorsqu’elles n’avaient pas été réformées avant).
  3. Les vaches avec de profils fluctuant (A2 et A3) produisaient en moyenne 0,5 kg de lait en plus par rapport aux vaches de référence.

Des études dans des situations à plus faible prévalence troupeau rapportent des productions laitières inférieures pour des vaches négatives dans des troupeaux infectés en comparaison à des vaches négatives dans des troupeaux supposés indemnes. Cela démontre le caractère insidieux de cette maladie avec dans des troupeaux infectés, l’existence d’une proportion probablement importante d’individus infectés non détectés mais aux performances dégradées.

Au final, la perte de production laitière imputable à l’infection par Mycobacterium avium subsp paratuberculosis peut débuter près de 300 jours avant la première sérologie positive pour un animal. Si les vaches avec des profils sérologiques fluctuant avaient une production laitière non affectée, les animaux séropositifs de façon répétée avaient une production laitière quotidienne réduite de 2,5 kg 300 jours après leur première séropositivité en comparaison aux animaux positifs une seule fois. Cette étude prouve l’intérêt de répéter l’utilisation des tests ELISA pour améliorer la valeur prédictive du test dans l’évaluation des pertes de production laitière. La répétition des analyses ELISA s’avère alors un outil pertinent pour la gestion des réformes, les pertes de production induites par Mycobacterium avium subsp paratuberculosis étant souvent mal détectées par l’éleveur.


 

Référence :
S.S. Nielsen, M.A. Krogh, C. Enevoldsen : Time to the occurrence of a decline in milk production in cows with various paratuberculosis antibody profiles - Journal of Dairy Science, 2009, 92:149-155