Brève Au Coeur du Lait Octobre 2009

Quelles est l’influence de la fraction de lait collecté sur l’estimation de la concentration en cellules somatiques (CCS) ?

L’objectif de cette étude allemande était double. Tout d’abord évaluer les performances du compteur de cellules Delaval pour évaluer correctement la concentration en cellules somatiques (CCS) d’un échantillon de lait. Le deuxième objectif consistait à évaluer l’influence du moment du prélèvement sur la CCS obtenue.

 

Pour estimer les performances du compteur de cellules Delaval, des échantillons dont la CCS était connue (créés artificiellement) ont été analysés à l’aide du compteur Delaval. Afin d’évaluer l’influence de la matrice (plus ou moins épaisse), ces échantillons étaient également dilués. Au final, les résultats obtenus étaient excellents avec une répétabilité de 99% et une précision de la mesure de la CCS de l’ordre de 99% également. Le compteur de cellules Delaval apparaissait donc comme un outil fiable et pertinent afin d’estimer la CCS d’un échantillon. Cet outil a donc pu par la suite être utilisé pour estimer la CCS obtenue dans différents échantillons de lait issus d’une même vache et d’une même traite mais à différents moments. Ces différents moments de prélèvement correspondaient ainsi à différentes fractions de lait. Deux appareillages distincts ont permis lors de deux expérimentations de prélever le lait de 4 à 6 moments différents. De façon schématique, les différentes fractions correspondaient (F) aux premiers jets, (C) au lait contenu dans la citerne, (A1) à la première portion de lait « alvéolaire » et (A2) à la dernière portion du lait alvéolaire contenu dans le parenchyme. Une première expérience s’intéressait plus particulièrement aux différentes fractions durant toute la traite, et la deuxième dichotomisait plus finement les premiers jets.

Dans les 2 expériences, les mêmes résultats ont été observés. Ainsi, au fur et à mesure de la traite, les différentes fractions récoltées d’un même animal révélaient des valeurs de CCS en constante diminution (figure 1). La figure 1 montre également que la chute observée des CCS est d’autant plus forte que l’on part d’un niveau élevé (classe 4, CCS > 100 000 c/mL).

Ainsi, le moment du prélèvement influe tout particulièrement sur la valeur de CCS observée. Ceci sera particulièrement vrai pour des valeurs attendues de CCS fortes, donc pour des quartiers atteints d’infections intra-mammaires. De ce fait, l’interprétation d’une valeur de CCS devra toujours prendre en compte le moment du prélèvement, et de façon à éviter les faux négatifs, le lait des premiers jets sera à privilégier.


 

Référence :
H Sarikaya, RM Bruckmaier : Importance of the sampled milk fraction for the prediction of total quarter somatic cell count. Journal of Dairy Science 2008. 91 : 4246-4250.