Brève Au Coeur du Lait
Septembre 2012

 

Quelles sont les sources de Staphylococcus aureus dans les troupeaux confrontés à des problèmes de mammites ?

Compte-tenu des difficultés rencontrées pour maîtriser les problèmes de mammites à S. aureus en élevage notamment du fait de la difficulté d´identifier les sources de contamination, l´objectif de cette étude menée en Suède était d´investiguer la présence potentielle de sources de S. aureus, hors mamelle, et qui pourraient de fait constituer autant de sources d´infections potentielles pour les animaux.

Pour ce faire, 5 élevages avec vaches à l´attache, confrontés à des problèmes de mammites à S. aureus ont été recrutés. Au sein de chaque élevage, 2 à 3 visites ont été effectuées sur une période de 15 jours maximum. Plusieurs types de prélèvements ont été effectués.

Au niveau des animaux (191 ont fait l´objet de prélèvements), des prélèvements ont eu lieu sur:

  • le lait de toutes les vaches en lactation,
  • la surface de la peau (vaches en lactation, vaches taries et jeunes veaux), en différents endroits : trayon, aine, vagin, mufle, jarret (avec en plus notation de l´existence de tarsite et de leur intensité), blessures si présentes et ombilic chez les jeunes

Des prélèvements ont été également réalisés dans l´environnement des vaches: air, mouches dans le bâtiment, manchons trayeurs -après nettoyage désinfection de la machine à traire-, parois des boxes, abreuvoirs et matériel d´élevage.

D´autres ont concerné le personnel de l´exploitation (prélèvements de la surface des mains, dans les narines et au niveau des bottes).

Enfin, des prélèvements nasaux ont été effectués sur les chiens et chats des fermes.

Tous ces prélèvements ont fait l´objet d´analyse de type PFGE pour déterminer les différents pulsotypes de S. aureus de façon à tracer les sources potentielles (sous l´hypothèse que des souches non distinguables pourraient étre les mémes)

Il en ressort :
  • qu´au sein de chaque élevage, entre 4 et 7 pulsotypes ont été détectés
  • qu´un pulsotype prédominait dans le lait dans chaque élevage
  • que les pulsotypes identifiés dans le lait étaient également retrouvés dans d´autres sites et plus particulièrement, au niveau de la peau du jarret (37% des échantillons à ce niveau étaient positifs pour S. aureus)
  • que sur le plan statistique, des associations significatives ont pu étre mises en évidence entre la présence de S. aureus dans le lait et la présence de S. aureus au niveau des jarrets (P= 0.006)
  • que le risque de trouver S. aureus était 3.3 plus élevé dans les échantillons prélevés sur la peau du jarret pour les vaches avec présence de S. aureus dans leur lait que dans les échantillons prélevés sur la peau du jarret pour les vaches sans isolement de S. aureus dans leur lait (les auteurs ont formulé l´hypothèse que la peau au niveau des jarrets a été contaminée par le lait -pertes sur zone de couchage-).
  • que le risque de trouver S. aureus dans les échantillons prélevés sur la peau du jarret était aussi significativement plus élevé (OR = 2.7) en présence de lésions (pertes de poils ou blessures) au niveau des jarrets (P = 0.01)
  • que les pulsotypes identifiés dans le lait étaient également retrouvés dans l´environnement immédiat (par exemple, dans un des élevages, le principal pulsotype a été isolé sur des mouches capturées dans le bâtiment, les auteurs soulignant la possibilité d´une transmission par ces vecteurs et l´importance de leur contrôle)
  • que les pulsotypes identifiés dans le lait avaient été aussi mis en évidence chez les jeunes veaux (ombilic) et les vaches taries (vagin, mufle).
 

Au final, les résultats de biologie moléculaire obtenus dans cette étude rapportent la présence de S. aureus au génotype non distinguable de ceux présents dans le lait de vaches infectées par ce germe dans d´autres sites, au premier rang desquels la peau et notamment celle à la surface des jarrets.

 

Référence :
Capurro A., Aspan A., Ericsson Unnerstad H., Persson Waller K., Artursson K.
Identification of potential sources of Staphylococcus aureus in herds with mastitis problems - Journal of Dairy Science, 2010, (93) :180-191.