Brève Au Cour du Lait Septembre 2005

Mammites des génisses: les québécois s’arment contre elles.

Lors d’un Symposium sur les Bovins Laitiers, tenu en Octobre 2004, le Québécois Luc DesCoteaux (de l’Université de Saint-Hyacinthe au Québec) fait une conférence intitulée “La mammite clinique: stratégies d’intervention”.

 

Mammites des génisses: les québécois s’arment contre elles.
Plusieurs études démontrent que les infections intramammaires (IIM) chez les taures sont bien présentes au moment du vêlage. Dans la littérature, la prévalence d’IIM se situe le plus souvent entre 35% et 50% (....) Les bactéries Staphylocoques coagulase-négatif (SCN) constituent la classe de bactérie retrouvée le plus fréquemment et leur prévalence varie de 15% à 54% (.).

Quand les taures s’infectent-elles?
Les études portant sur le sujet remontant parfois jusqu’à l’âge de l’insémination (env. 15 mois) révèlent des prévalences d’IIM semblables à celles retrouvées au vêlage (.) Ceci indique que la majorité des IIM ne se produisent pas près du vêlage mais plutôt en bas âge (.)

Que peut-on faire pour améliorer la situation?
Le sujet le plus étudié présentement afin de contrer ce problème est l’utilisation de traitements antibiotiques intramammaires à courte ou longue action en période prévêlage (.) La réussite du traitement antibiotique intramammaire en période prévêlage se répercute par une augmentation de la production laitière des taures traitées (.) Pour les troupeaux ayant une forte prévalence de vaches positives à Staphylococcus aureus ou ayant un certain nombre de taures affectées par la mammite au premier vêlage, on devrait considérer l’utilisation d’antibiotiques par voie intramammaire en période prévêlage chez les taures (.).

Il est utile de bien retenir la conclusion du Dr DesCoteaux: La contamination du lait post-partum par des résidus d’antibiotiques est un problème potentiel et l’utilisation de tels traitements constitue une utilisation en dérogation des directives (hors homologation). En conséquence, cette utilisation d’antibiotiques en infusion intramammaire avant le vêlage chez les taures ne peut pas être recommandée d’une façon uniforme et devrait être une pratique à discuter avec le médecin vétérinaire responsable du suivi préventif du troupeau ou traitant afin de justifier son utilisation et d’établir un temps de retrait sécuritaire (Fox et al., 2004).

 

Références :

Le cahier des conférences du Symposium sur les Bovins Laitiers 2004 est à commander sur le catalogue des publications du CRAAQ

http://www.craaq.qc.ca