Bréve Au Coeur du Lait
Juin 2013

 

Apport de la biologie moléculaire pour comprendre mammites à Staphylococcus aureus chez les primipares.

L’objectif de cette étude menée aux Etats-Unis était d’investiguer à l’aide de méthode de biologie moléculaire la distribution des génotypes de Staphylococcus aureus isolés de différents prélèvements, issus des animaux eux-mêmes (sites mammaires et extra-mammaires), de leur environnement et également des mouches des cornes (Haematobia irritans), de façon à identifier de potentielles sources de transmission en cas de génotypes partagés, notamment en regard du risque de mammite à S. aureus chez les primipares.

Pour ce faire, les auteurs de cette étude ont sélectionné 3 troupeaux laitiers (de 142, 128 et 143 vaches en lactation) avec des antécédents de mammites à S. aureus chez les primipares. Les 3 troupeaux avaient en partie accès au pâturage et recevaient une complémentation sous forme de ration complète à base de concentrés, ensilage de maïs, minéraux et accès ad libitum au foin. Les élevages étaient en traite biquotidienne avec application des mesures de prévention adaptées : post-trempage systématique, traitement au tarissement, et bonnes pratiques de traite.

Au sein de chaque élevage, différents prélèvements ont été effectués sur les primipares (colostrum et prélèvements cutanés à différents endroits : bouche, nasaux et trayons), les vaches (lait), l’environnement des animaux, ainsi que sur des mouches et sur les trayeurs (mains, narines). Sur chacun des 1228 prélèvements effectués, la recherche de S. aureus a été effectué et le cas échéant le génotype investigué par électrophorèse en gel pulsé.

Les résultats sont présentés dans le tableau ci-après.

Tableau : Type et nombre de prélèvement effectués et % d’isolement de S. aureus

Type de prélèvement

Elevage 1

Elevage 2

Elevage 3

Total

Colostrum des primipares

10.5%

17.2%

28.4%

17.0%

Lait composite des vaches

12.0%

17.8%

11.5%

13.6%

Sites « primipares »

Bouche

8.0%

56.0%

20.8%

28.4%

Naseaux

20.0%

44.0%

20.8%

28.4%

Trayons

8.0%

56.0%

45.8%

36.5%

Environnement des primipares

Eau

30.0%

36.8%

6.7%

25.0%

Nourriture

20.0%

9.1%

11.1%

13.3%

Litière

0%

0%

0%

0%

Mouches

46.7%

56.2%

61.9%

55.8%

Sites « humains »

Mains

41.7%

8.3%

0%

15.8%

Narines

16.7%

16.7%

14.3%

15.8%

Total - Ensemble des prélèvements

Total

13.8%
(59/426)

25.2%
(104/421)

20.8%
(81/390)

19.9%
(244/1228)


S. aureus a été isolé dans 20% des prélèvements au total.

  • Au niveau mammaire, il est apparu que 17% des laits de vaches étaient positifs en S. aureus  et 14% des colostrums des primipares (indiquant donc une infection très précoce).
  •  Plus de la moitié des mouches et un quart des échantillons d’eau hébergeaient S. aureus.
  • Il a été montré un portage de S. aureus non négligeable chez les trayeurs (renforçant le message les invitant à avoir une hygiène rigoureuse des mains ou à adopter le port de gants), bien que les mêmes génotypes n’aient pas nécessairement été trouvés entre bovins et trayeurs.
  • Le portage de S. aureus chez les animaux a été important au niveau des trayons, mais également au niveau de la bouche et des nasaux.
  • 12 génotpyes de S. aureus ont pu être mis en évidence.
  • Les génotypes du groupe B étaient partagés entre mouches, primipares (colostrum et sites cutanés) et lait de vaches tandis que le génotype A était rarement retrouvé sur les mouches.

 

Au final, il ressort de cette étude que dans certains élevages étudiés et pour un génotype particulier, les mouches des cornes doivent jouer un rôle épidémiologique majeur dans la transmission de S. aureus (cas des génotypes du groupe B). Pour les autres génotypes, l’implication des mouches des cornes n’a pas été mise en évidence.

 

Référence :
K.L. Anderson, R. Lyman, K. Moury, D. Ray, D.W. Watson, M.T. Correa
Molecular epidemiology of Staphylococcus aureus mastitis in dairy heifers - Journal of Dairy Science, 2012, (95): 4921-4930