Brève Au Coeur du Lait
Juin 2012

 

Synthèse de données sur la santé de la mamelle en système de traite robotisée.

Focus 1 : Comparaison de la santé de la mamelle en système de traite robotisée et en système conventionnel ?

Les auteurs de cette revue bibliographique synthétisent dans un premier temps les études qui se sont intéressées à comparer la situation en termes d´infections intra-mammaires, au travers des concentrations en cellules somatiques (CCS) et des mammites cliniques, entre les élevages en système robot et ceux en traite conventionnelle. Dans la littérature, deux types d´études ont été menées :

  • Soit en comparant dans une même zone des élevages en robot et des élevages en traite conventionnelle (étude type A, tableau)
  • Soit en étudiant la situation avant-après au sein d´élevages ayant abandonné la traite conventionnelle pour adopter la traite robotisée (étude type B, tableau)

Dans les 2 cas, les résultats, à une exception près, convergent tous vers une situation plus dégradée dans les élevages en systèmes robot. La dégradation de la situation est par ailleurs rapportée comme assez durable avec des CCS notoirement plus élevées jusque 4 ans après l´installation du robot dans certaines études, et au moins durant un an pour toutes les études (cf tableau).

Nombre de fermes

Type d’étude

Période

CCS Vache

Reference

Conventionnel

Robot

Unité

69

B

1997-2000

5.15

5.20 (a)

Log CCS

Rasmussen, 2001 (Danemark)

81

B (avant, en traite classique  2 traites/jour)

1994-2000

149 000

193 000 (a)

CCS (c/mL)

Kruip, 2002     (Pays-Bas)

12

B (avant, en traite classique  3 traites/jour)

1994-2000

153 000

228 000
(a)

CCS (c/mL)

252

B

2000-2001

5.91

6.07 (b)

Log CCS

Mulder, 2004  (Pays-Bas)

223

A

2000-2001

5.88

6.06 (b)

Log CCS

88

B

1999-2006

4.89

4.96 (b)

Log CCS

Hovinen, 2009 (Finlande)

94

A

1999-2006

4.89

4.93 NS

Log CCS

(a) : P< 0.05 ; (b) : P< 0.001

Le plus souvent, la dégradation de la situation est quasi immédiate après l´installation du robot et est le fait d´une augmentation de l´incidence plus que de la persistance d´infections existantes. Cette élévation des CCS est indépendante de la marque du robot ou de l´année de l´introduction du robot. Cependant, il faut aussi rapporter d´autres études comparant traite robotisée et traite conventionnelle dans un même environnement, et il ne semble pas y avoir de différence au niveau de l´incidence en mammites.

Dans les explications avancées pour expliquer cette tendance à une dégradation des CCS suite à l´adoption d´un système de traite robotisée, il est noté :

  • l´achat d´animaux au statut inconnu (taille de troupeau souvent en augmentation pour chercher à «utiliser au maximum» le nouvel équipement),
  • des changements concomitants de logement, avec parfois de problèmes d´adaptation ou de circulation, pénalisant pour l´accès au robot,
  • des modifications au niveau de la détection-prévention des mammites
  • et une détérioration de résultats, souvent antérieure à la mise en œuvre du robot, en lien avec une période de stress des éleveurs lors de la phase de construction.

Suite à l´installation de robots, le nombre de traitements pour mammites est diminué chez les primipares mais augmenté chez les multipares. Cela semble être au final le résultat de 2 tendances opposées : d´une part, une taille de troupeau le plus souvent supérieure en robot, avec en corollaire une moindre disponibilité en temps des éleveurs pour le suivi des animaux et la réalisation de aux traitements et donc une tendance à favoriser les interventions au tarissement plutôt qu´en lactation ; d´autre part, un nombre important d´alertes « mammites » signalées par les logiciels de suivi, auxquelles les éleveurs donnent crédit et les amènent à intervenir plus fréquemment.

 

Au final, les conclusions de cette synthèse devraient amener les éleveurs à bien anticiper la modification de leur système de traite, à savoir bien raisonner l´implantation du (des) robot(s) dans le b´timent, afin d´avoir une grande fluidité de circulation des vaches et un accès aisé à la traite et être très vigilants et performants dans la maîtrise de la santé mammaire des troupeaux, avant le passage en traite robotisée. Des élevages avec une situation cellulaire insuffisante en traite conventionnelle sont moins susceptibles d´avoir de bons résultats après passage en robot.

 

Référence :
Hovinen M, Pyörälä S.
Invited review: Udder health of dairy cows in automatic milking - 2011, (94): 547-562.