Brève Au Coeur du Lait Juin 2010

Quel est le coût économique des infections intra-mammaires des primipares ?

L’objectif de cette étude menée conjointement en Belgique et aux Pays-Bas visait à évaluer les coûts et pertes économiques associées aux infections intra-mammaires chez les primipares. Pour ce faire, en se basant sur les données de la littérature (sur les pertes de production associées à certains niveaux de cellules par exemple, ou sur le risque de réforme anticipée liée aux infections intra-mammaires chez une primipare) ainsi qu’en recueillant l’avis d’experts, les auteurs ont construit un modèle mathématique afin d’estimer l’impact économique d’une infection intra-mammaire chez une primipare, cette infection étant caractérisée, du moins initialement, par une élévation de la concentration en cellules somatiques (CCS) en début de lactation ( valeur CCS > 200 000 cellules / mL après vêlage).

 

Selon les données de la littérature et avis d’experts, les probabilités pour les primipares après vêlage (sur la période 5 -14 jours post-partum) d’avoir des CCS < 200 000 cellules / mL, comprises entre 200 et 500 000 cellules / mL, entre 500 et 1 000 000 cellules / mL et > 1 000 000 cellules / mL sont respectivement de 35, 25, 22 et 18%.
Lors de mammites subcliniques, les pertes de production estimées pour des primipares avec des CCS de 50 000, 200 000, 500 000, 1 000 000 ou 2 500 000 cellules/ml sont estimées à 0, 2, 5, 8 et 10%.

Le principe du modèle ainsi que les impacts économiques estimés sont résumés dans la figure ci-dessous.

Si l’on considère que des CCS > 200 000 cellules / mL après vêlage sont révélateurs d’une infection intramammaire chez les primipares, les coûts moyens au niveau d’une ferme avec 20 primipares sont estimés à 626 € (85 – 1657), soit par primipare 31 € (4.29 – 82.86).

Au final, les coûts (frais vétérinaires, traitements) représentent la partie immergée de l’iceberg seulement de l’impact économique, celui-ci étant principalement lié aux réformes anticipées et aux pertes de production laitière (lait écarté et baisse de production consécutive à l’atteinte du parenchyme mammaire). Ces résultats soulignent l’importance de la gestion de la santé de la mamelle chez les primipares.


 

Référence :
Huijps K, De Vliegher S, Lam T, Hogeveen H. : Cost estimation of heifer mastitis in early lactation by stochastic modelling - Veterinary Microbiology (2009) 134(1-2):121-127.