Brève Au Coeur du Lait Mars 2010>

Quels sont les facteurs de risque de lésions de membres en logettes chez les vaches laitières?

Les auteurs de cette étude menée en Norvège ont étudié la prévalence des lésions de la peau des membres des vaches laitières dans différents systèmes de logettes afin d’identifier d’éventuels facteurs de risque. Pour ce faire, 2335 vaches issues de 232 troupeaux ont été examinées et les caractéristiques des logettes récoltées. Au niveau des articulations d’intérêt (hanche, carpe, boulet, jarret notamment), différents critères étaient mesurés (dépilation, gonflement et ou blessure visible).

 

 Les résultats de prévalence sont résumés dans le tableau suivant.

Localisation

Pas de lésion

Dépilation

Gonflement

Plaie cutanée

Plaie ouverte

Prévalence

Carpe gauche

1513

668

122

32

0

35%

Carpe droit

1517

689

95

34

0

35%

Boulet gauche

2268

50

8

9

0

3%

Boulet droit

2260

54

6

15

0

3%

Jarret gauche

897

1280

27

130

1

62%

Jarret droit

947

1214

33

141

0

59%

Hanche gauche

2279

47

3

6

0

2%

Hanche droite

2244

72

8

10

1

4%

Les lésions du jarret et carpe étaient les plus fréquentes. Les vaches avec des lésions avaient 5 fois plus de risque d’être boiteuses.
Les facteurs associés à une augmentation de fréquence de ces lésions étaient :

  • Une attitude d’indifférence de l’éleveur vis-à-vis de la notion de douleur (risque multiplié par plus de 3)
  • Le stade de lactation (début de lactation plus affectés) (risque augmenté de 80%)
  • Le rang de lactation (plus de tarsites chez les multipares) (risque augmenté de 30%)
  • Les logettes face à un mur mesurant plus de 270 cm (vs <270 cm) sont à risque de lésions du carpe (risque augmenté de 70%)
  • Les logettes mesurant plus de 260 cm de long sont à risque de tarsite (risque multiplié par deux)
  • Les vaches de grand format sont plus à risque (risque augmenté de 30%).

Cette étude confirme l’importance de concevoir les logettes des bovins non pas seulement en respectant des dimensions mais en tenant compte d’éventuels obstacles/éléments vulnérants afin de respecter le comportement de couchage des bovins. L’attitude et l’empathie de l’éleveur vis-à-vis de la détection et de la prise en charge de la douleur et des lésions en général semble être un facteur clé également.

 

Référence :
C. Kielland, L.E. Ruud, A.J. Zanella, O. Osteras : Prevalence and risk factors for skin lesions on legs of dairy cattle housed in freestalls in Norway- Journal of Dairy Science (2009), 92:5487-5496